Restauration rapide : Lina’s prépare son retour

Restauration rapide : Lina’s prépare son retour

Racheté en 2013 par le groupe familial qui développe Noura, Lina’s espère connaître des jours plus heureux. Après plusieurs bouleversements, l’enseigne repart à la conquête de l’Hexagone.

Réorganiser

Une décoration type « appartement parisien », des tons chaleureux et un mobilier design : l’historique Lina’s situé boulevard Malesherbes, à Paris, semble avoir tourné la page de ses années difficiles. L’établissement a rouvert ses portes en mars, après plusieurs semaines de travaux pour adopter le concept architectural élaboré par la nouvelle direction. Depuis, toutes les unités françaises ont été transformées de la même façon : « Il était important de redonner de la cohérence à l’ensemble du réseau », explique Ziad Bou Antoun, nouveau dirigeant de Lina’s.

Lorsqu’il reprend le réseau de restauration rapide« gourmet » en 2013, le directeur financier et cohéritier de la chaîne de restaurants Noura sait qu’il aura du travail pour remettre à flot le réseau créé par Lina Ghosn en 1989. Car depuis plusieurs années, l’enseigne est passée entre les mains de deux financiers – Natexis puis, en 2008, le fonds des frères Cohen Cogexco – qui « ont mis de côté l’ADN de la marque », estime Ziad Bou Antoun.

TOUR DU MONDE DES FRANCHISÉS

C’est surtout en France que Lina’s a vu son image se détériorer. Implantée dans 54 pays via des master-franchises, l’enseigne a continué de bien fonctionner à l’étranger. C’est donc dans ces établissements que se rend Ziad Bou Antoun pour « prendre connaissance des attentes des franchisés et leur demander leur avis ». Un travail de « déblayage » essentiel pour permettre au nouveau dirigeant de faire table rase du passé et « repartir sur des bases plus saines », explique-t-il.

FIN DE LA SOUS-TRAITANCE

Afin de retrouver ce qui avait fait le succès de l’enseigne, le groupe Noura procède à plusieurs changements. A commencer par la chaîne de production : comme pour son propre réseau de restaurants et…

Cliquez ici pour lire la suite de l’article sur les Echos de la franchise

0 commentaires

Laisser un commentaire