À l’occasion de Viva Technology, Paul Péretié, CEO d’Adok et Fabien Keller, CEO de Birdycent, reviennent sur l’importance de l’écosystème. Leurs deux startups sont accélérées à l’École Polytechnique.

Douce France. Si rien n’est jamais parfait, l’hexagone reste malgré tout un pays très attractif pour les entrepreneurs innovants. La preuve avec les CEO d’Adok et de Birdycent qui sont restés en France. « On a la chance de bénéficier d’un écosystème en France qui est très porteur pour les startups innovantes », explique Paul Péretié.

D’autant que les ingénieurs sont très compétitifs.  « Nous avons des codeurs géniaux. En plus, un ingénieur moyen dans la Silicon Valley coûte cinq fois plus cher qu’un ingénieur français. Et puis, ils viennent de plus en plus dans les startups et non plus uniquement dans les grands groupes », ajoute Paul Péretié.

Fabien Keller en profite pour rappeler les qualités principales d’un entrepreneur. « Aujourd’hui, on est entrepreneur parce qu’on veut résoudre les problèmes. Et cela se transmet par une vision de l’entreprise, une équipe forte. Être entrepreneur, mais avoir un produit avec une vraie valeur ajoutée, c’est un vrai challenge », souligne Fabien Keller.

#Replay : Pour voir la vidéo de Mober et prendre un scooter électrique en libre service à Paris, c’est par ici :