En cas de litige, économisez du temps, de l’argent, de l’énergie et surtout préservez une bonne relation avec votre client. eJust devient la plate-forme d’arbitrage dématérialisée, reconnue par l’État et dans 149 pays.

Startuppers, ça vous concerne. Le système judiciaire s’embourbe depuis plusieurs années : délais interminables, procédures coûteuses et épuisantes, manque d’expertise des juges, détérioration des relations commerciales … À tel point que certains contrats n’aboutissent pas. Peur de n’avoir aucun recours en cas de litige ou de perdre trop d’énergie dans la procédure. Comment faire alors du business ? eJust apporte une solution alternative.

[Tweet « La startup eJust réduit de 3 ans à 30 jours la durée d’un litige commercial »]

Un arbitrage d’expert rapide et économique

La startup ouvre, à la demande des parties, une salle d’audience virtuelle. L’expert sélectionné par la plate-forme peut alors poser ses questions, réclamer des documents complémentaires, clore l’instruction et procéder à l’énoncé de la sentence. Seule condition : les parties doivent initialement inclure une clause eJust dans leur contrat.

Une formule expresse. Avec la solution d’eJust, la durée de la procédure chute de 3 ans à 30 jours en moyenne. Même sort pour les frais qui basculent de 25 000 à 3 000 euros en moyenne.  L’arbitrage litigieux se synchronise enfin sur le rythme du business.

L’outil judiciaire digital tant attendu

Aussi bien les utilisateurs que les arbitres se forment intuitivement à la plate-forme. Envoyer des pièces et documents n’a jamais été aussi simple. La justice opère enfin sa transition digitale.

Et ne dites pas que eJust privatise la Justice : elle la démocratise.

#Replay : comme beaucoup d’entrepreneurs, il se confronte au problème de la levée de fonds. Le 3e épisode du startupper c’est juste ici :

Alexandre Dupont