Emmanuel en Marche et Macron en Panne

Dimanche 23 avril à 20h pétantes, les chaînes de télévision nous révèlent le nom des deux finalistes de l’élection du président de la République. Emmanuel Macron vire en tête suivi à deux, trois longueurs par Marine Le Pen. La liesse saisie certaines équipes de campagne alors que d’autres, vaincues, sont immédiatement envahies par la lassitude et l’envie d’en découdre.

Muscle ton jeu Emmanuel ! Coup de théâtre, depuis dimanche soir, la machine En marche est En Panne. Son candidat ne donne pas le sentiment de saisir que l’élection n’est pas terminée. Elle se jouera à l’issue d’un deuxième tour qu’il semble avoir oublié. À l’inverse de Lionel Jospin en 2002 et Alain Juppé dernièrement, à qui leurs camps avaient reproché de faire une campagne de deuxième tour au premier et d’échouer au pied de l’obstacle, Monsieur Macron a fait une campagne de premier tour au premier tour, mais oublie qu’il y a une suite avant la fin. En politique, l’anaphore n’est pas la seule figure de style, le pléonasme a aussi du bon !

Ne revenons pas sur la soirée organisée en toute simplicité à la désormais célèbre brasserie La Rotonde. Est-ce injuste ou pas de lui reprocher ce moment de joie et de liesse ? Gageons simplement que l’image est suffisamment anachronique pour qu’elle suscite le débat, les oppositions entre bords politiques, l’intérêt des Français et des médias. Donc à ce titre, si le sentiment qui se dégage des images impose une quelconque justification, il est embarrassant pour le candidat et qualifie de facto la séquence en faute politique. Un sondage Harris interactive corrobore cette assertion. Les Français trouvent que le candidat Macron fait un mauvaise début de campagne du deuxième tour !

Communication : Le Pen 1 – Macron  0

Mme Le Pen s’est préparée à l’idée qu’elle ne gagnera pas le soir du 7 mai. Son objectif est ancré sur le rapport de force qui se dégagera de la prochaine campagne des législatives. Or, pour cela elle sait qu’elle doit impérativement marquer des points en perdant la présidentielle avec panache. Alors elle joue haut, comme dirait les amateurs des métaphores footballistiques. Elle met la pression. Lundi matin dès potron-minet elle se rend à Rungis. M. Macron cafouille son déplacement à l’hôpital de Garches. Mercredi elle met en scène un déplacement improvisé, nous dit-on, sur le lieu même de la protestation des salariés de Whirlpool à Amiens. Tiens, tiens ne serait-ce pas la ville dont le candidat Emmanuel Macron est originaire. Usine ou il n’a encore jamais mis les pieds. Alors que le chômage trône au rang des sujets qui incitent le plus les Français à s’angoisser pour l’avenir, M. Macron oublie de faire preuve d’empathie avec de probables demandeurs d’emploi d’une usine installée dans sa ville natale. En campagne électorale manquer d’empathie c’est oublier son protège dent en sport de combat ; c’est une erreur, c’est même interdit pour ce qui est des pratiquants du noble art, voilà pour la métaphore pugilistique.

À l’appui de cet argumentaire, livraison vous est faite des commentaires des médias montrant d’un côté Mme Le Pen saluée par des salariés de l’usine Whirlpool, pendant que M. Macron organise loin de tout, une réunion ampoulée, loin très loin des impératifs de proximité et de sympathie dont un candidat doit faire montre en telle situation. Il redevient un ministre, un simple « techno » ! Il a perdu la proximité du candidat à la fonction suprême. L’image la souligne entourée de « vrais gens ». Il s’affiche dirigeant une réunion déshumanisée, animateur d’une conférence de presse protocolaire, enfin chahuté par des salariés désabusés qu’il ait été si peu réactif à leurs appels à l’aide. Les adeptes de sémiologie rappelleront au lecteur qu’un message est constitué à 75% par l’image, à 25% par les mots.

Communication : Le Pen 2 – Macron 0

Ces derniers jours M. Macron nous a offert un trop plein de lassitude et d’agacement. Sa bonhomie naturelle et son sourire facile sont effacés par l’enthousiasme d’une candidate trop heureuse de déguster les quinze prochains jours. Elle qui ne connaît que la défaite depuis toujours nage enfin en finale sous les projecteurs des médias du monde entier.

Avis à l’équipe Macron. Si vous avez besoin de bons conseils pour terminer avec panache cette campagne, que les résultats du premier tour vous promettaient impossible à perdre, appelez un certain Aimé Jacquet qui devrait vous conseiller à coup sûr, de : « MUSCLER TON JEU EMMANUEL, MUSCLER TON JEU ». 

Jacky Isabello 

PARTAGER (30)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

5 Commentaires
  1. perrin

    2 mai 2017 12 h 49 min

    Tellement pas en phase avec cette analyse et surtout le cas de Whirlpool ! Attention à ce genre de très mauvaise analyse que vous faites circuler et qui fait le jeu du FN !!!

    Sur beaucoup de photos, Le Pen était tout sourire de sa récupération politique à côté d’une employée en détresse !! 20 min de présence seulement et uniquement pour faire des selfies. Pas de fond…
    Alors que Emmanuel Macron est allé discuter 1h30 avec les responsables syndicaux pour trouver des solutions avec eux.
    EM agit avec méthode, sans coup de com’, sans coup de menton, sans démagogie. Il va voir l’intersyndicale pour parler du fond et trouver des solutions. Il se rend ensuite sur le site de Whirlpool rencontrer les salariés. Il leur parle directement sur le fond et fait des propositions concrètes sur le PSE et sur le sérieux nécessaire au futur repreneur. Il a l’étoffe d’un président qui parle à l’ensemble des Français.
    Marine Le Pen n’agit que pour les images et n’a aucun fond. Elle s’est contentée de suivre l’agenda d’Emmanuel Macron sur ce coup là.
    Le seul enjeu de toute cette séquence chez Whirlpool était de trouver une solution. Aux Français de juger, mais il paraît clair qu’EM s’est concentré sur cette ambition.
    L’exemple de Procter & Gamble (et non «Pinter » comme beaucoup ont entendu dans la vidéo de la conf de presse) : un site exemplaire, basé à Amiens, qui montre l’attractivité du territoire français, qui exporte dans toute l’Europe. Si comme MLP le préconise, la France sort de l’Europe, un tel site qui vend à 90% à l’export, ferme à coup sûr. Ce n’est pas la conception d’EM quant à la protection des Français il me semble !!

    Quant à l’histoire du dîner à la Rotonde. Réalisez vous ce que Emmanuel Macron Et les Marcheurs ont réalisé en à peine 1 an ?? Ils avaient totalement le droit d’exulter et d’aller fêter cela !!!
    Perso, je comprends que cela ait été grisant pour eux le soir du 1er tour. Quand on voit le boulot abattu en 1 an, sans un jour de relâche, c’est dingue.
    J’aurai fait comme eux tellement ils étaient sous pression. Et je vous rappelle quand même qu’en plus de ses soutiens « médiatiques », Emmanuel Macron a convié à ce diner ses secrétaires, agents de sécurité, stagiaires and co… quels autres hommes politiques a déjà fait cela ???? et la Rotonde… n’est pas un grand restaurant (environ 50 € par personne avec un plat, une entrée, et une demi-bouteille de vin…).

    Franchement votre analyse est pour moi totalement mauvaise, biaisée et orientée !! C’est scandaleux

    • Valérie R.

      2 mai 2017 13 h 05 min

      Vous m’avez devancée Perrin. Le chemin parcouru par Emmanuel Macron et son mouvement est remarquable et méritait bien cette liesse. Quant à Whirlpool, admettez que la vérité du terrain que l’on découvre par le petit bout de la lorgnette n’est VRAIMENT pas à l’avantage de Mme Le Pen. Une démagogie-spectacle comme l’ont souligné certains articles sérieux et pointus de la presse écrite. Le ton de votre article est tel que l’on peut se demander si finalement vous ne préféreriez pas voir En Marche s’arrêter!

  2. […] https://www.widoobiz.com/les-blogs/le-blog-de-jacky-isabello/emmanuel-en-marche-et-macron-en-panne/7… […]

  3. HEBERT

    2 mai 2017 19 h 50 min

    Je suis d’accord avec ces deux intervenants. L’épisode Whirpool fût pour moi une honte. La candidate Le Pen se vautre dans la démagogie la plus grossière et c’est elle qui aurait eu raison ? Certainement pas. Autant quand on est sous-informé ou sous-Q.I.tisé on peut tomber dans lre panneau mais pas quelqu’un ayant votre expertise. A croire que vous roulez pour le FN.

  4. Jacky Isabello

    3 mai 2017 9 h 20 min

    Bjr petite note de l’auteur. Cette tribune a été faite le jour suivant La venue des deux candidats sur le site de Whirlpool. Permettez moi de répondre en reprenant notamment deux journaux. Tout d’abord la une du journal le Monde du lendemain : « L’entre-deux-tours délicat de Macron
    Les salariés de Whirlpool en grève sont devenus, le 26 avril, le symbole de l’affrontement entre les candidats d’En marche ! et du FN pour le vote populaire. Mme Le Pen a été bien accueillie par les ouvriers de l’usine promise à la fermeture, M. Macron s’est fait huer avant d’assumer un échange musclé avec eux »
    Et un éditorial du Figaro : « Sur le plan de la communication, c’est donc Marine Le Pen qui a marqué. Car c’est elle qui a pris l’initiative, qui a créé la surprise, en se rendant sur place le matin, et qui a choisi le terrain de leur affrontement : un conflit social. Et elle a obtenu ce qu’elle voulait : un accueil chaleureux pour elle, un accueil houleux pour lui. À elle les selfies, à lui les lazzis.  »
    Mon propos n’est pas de faire le jeu de qui que ce soit. J’analyse uniquement les effets « infraliminaires » de la communication (désolé pour le terme technique). Car si elle est essentielle à toute les formes de organisation elle l’est encore davantage lors de l’élection du Président de la République. Lors du début de la première semaine du 2e tour, le candidat Macron a eu du mal à redémarrer. Il s’est bien réveillé depuis. Mon conseil d’Aimé Jacquet à ROBERT Pires aura peut être provoqué chez lui un électrochoc:-)
    Vous noterez d’ailleurs que désormais il mène bataille. Il combat durement MmeLe Pen. Il a changé de stratégie. Auparavant il critiquait peu ses opposants. Il restait dans l’émotion la tempérance, la mesure. Il ne l’est plus. Sa posture et ses discours sont plus puissants. Il mène un combat, il use maintenant de l’hubris (désolé encore). En tant que communicant je crois que cette posture est Bcp plus adaptée à la situation s’il veut l’emporter. En tant qu’entrepreneur et défenseur d’un monde ouvert les évolutions adoptées par M. Macron me rassurent.

Laisse ton commentaire