Chronobiologie : quand les RH intègreront notre horloge biologique

2h chrono pour mieux dormir, une ode à la sieste ? Dans son ouvrage publié aux Éditions Dunod, le conférencier et formateur en gestion de sommeil Patrick Lesage prodigue ses conseils pour améliorer la qualité de nos nuits et être plus performant au quotidien.

Imaginez : il est 14h, vous venez de terminer votre déjeuner, quand votre employeur vous ordonne d’aller siester. « Utopie ! » me direz-vous. Et pourtant, il se pourrait bien que dans un futur proche, la sieste au travail devienne une réalité. « Aujourd’hui, il y a une prise de conscience de la part des employeurs, qui voient l’intérêt de laisser à leurs collaborateurs la possibilité de se refaire une santé en milieu de journée », explique Patrick Lesage, auteur de 2h chrono pour mieux dormir. Si, dans l’hexagone, la sieste au travail est encore peu pratiquée, Patrick Lesage tient à préciser qu’il ne s’agit pourtant pas d’un luxe, « la preuve, dans la constitution chinoise, c’est une obligation pour l’employeur de laisser à ses employés la possibilité de se ressourcer le midi. »


Alors la sieste oui, mais pas n’importe laquelle. L’idéal est de s’assoupir moins de 20 minutes, « pour éviter de partir vers un sommeil profond, qui pourrait être délétère », toujours selon l’auteur. Concrètement, ça s’organise : « Il suffit d’avoir une salle dédiée autre que la cafétéria avec des équipements sobres et des plannings de réservation pour respecter les besoins de chacun, la fameuse horloge biologique. »

La chronobiologie comme levier de productivité ?

Une horloge biologique aujourd’hui reniée par les ressources humaines. Pourtant, il y a là un véritable levier de productivité qui pourrait, à terme, être pris en compte par les employeurs. « Je sais que ça se met en place dans certaines entreprises, mais ça pourrait se généraliser. Si vous êtes du soir et qu’on vous demande de pointer entre 8h et 8h30 et que vous êtes productif à compter de 9h30, on vous paye une heure pour vous réveiller et c’est une heure de productivité en moins. » À bon entendeur…

Thomas Benzazon

A lire aussi 

Disruption : s’auto-saborder pour ne pas disparaitre

Comment lancer sa boîte avec les réseaux sociaux 

 

PARTAGER (21)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

1 Commentaire
  1. […] Disruption : s’auto-saborder pour ne pas disparaître Chronobiologie : quand les RH intègreront notre horloge biologique […]

Laisse ton commentaire