BlueBoard : du solopreneuriat à un réseau de soutien XXL

Incubateurs, aides publiques, Business Angels, … BlueBoard a coché toutes les cases pour démarrer son activité. Kevin Cohen, le fondateur de cette solution de Business Intelligence, a très vite dû renoncer à la solitude pour réussir à se déployer.

 

L’aventure de BlueBoard commence en solo. C’est en septembre 2014, lorsque Kevin Cohen travaille pour Withings, que le déclic se produit… Alors chef de produit dans cette société qui développe et vend des objets connectés en France, il échange énormément avec les équipes commerciales et constate qu’elles ne savent pas vraiment ce que deviennent les produits une fois diffusés chez leurs revendeurs en ligne. Il n’en faut pas plus à Kevin Cohen pour mettre sur pied BlueBoard.

L’idée de cette solution de Business Intelligence ? Permettre aux marques de suivre leurs articles et ceux de la concurrence chez les diffuseurs online via un historique très complet. Le service s’appuie sur un système d’abonnements mensuels reposant sur deux principaux critères. La quantité d’articles trackés et le nombre de pays suivis modulent la somme que doivent payer les entreprises clientes de BlueBoard. Quant à leur profil, c’est celui en général de sociétés qui réalisent entre 150 et 200 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Les fondateurs de Blueboard-article

« Il est plus facile d’aller droit dans le mur quand on est seul »

« Après avoir planché quatre à cinq mois sur mon projet le soir et le week-end, j’ai commencé à candidater pour des incubateurs ». Le solopreneur se heurte néanmoins à sa première grosse difficulté : « Je me suis rendu compte qu’il est plus facile d’aller droit dans le mur quand on est seul. J’ai donc cherché activement un associé. » Il s’inscrit alors sur le site Meet Up et y envoie des centaines de messages individualisés. L’effort s’avère payant… ou presque !

C’est lors d’une soirée autour d’un verre que la vie professionnelle de Kevin prend un virage. « Je suis tombé sur un mec sympa dont le pote allait être mon futur associé. Francis Bouvier venait de monter sa boîte, mais les contours de sa nouvelle activité étaient encore un peu flous et il était prêt à se mettre en 3/5epour BlueBoard. » Le temps plein arrive rapidement pour les deux acolytes, puisqu’ils se consacrent entièrement à leur logiciel de suivi e-commerce dès décembre 2015.

Paris, un cercle vertueux pour entreprendre

Et quand on demande à Francis Bouvier et Kevin Cohen les clés de leur réussite, ils reconnaissent le privilège d’entreprendre en France : « Nous avons été lauréats du concours d’innovation numérique organisé par Bpifrance, ce qui nous a permis de bénéficier d’une dotation de 420 000 euros dont la moitié en subventions. » Kevin Cohen renchérit : « j’ai aussi pu bénéficier de 2 ans de chômage après une rupture conventionnelle chez Withings qui est d’ailleurs l’un de nos investisseurs et siège au comité stratégique ».

Autres accompagnements dont a pu jouir BlueBoard au fil de son développement, celui des incubateurs Numa et Agoranov, mais aussi de Bpifrance Le Hub. Cette émulation entrepreneuriale a même permis aux co-fondateurs de boucler une levée de fonds de 1,2 million d’euros qui leur a assuré leurs premiers recrutements dès juin 2017. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. BlueBoard compte à présent 18 membres à Paris et 4 à Hanoï au Viêt Nam.

Aujourd’hui, cette société SaaS est à l’équilibre et compte sur la diversification pour croître. BlueBoard se met ainsi à la santé/beauté en signant ses premiers clients du secteur et pense déjà à la puériculture, aux jouets, aux biens de grande consommation et à l’électroménager afin de devenir la référence intersectorielle dans son domaine d’expertise.

Et même si un développement à l’international est largement entamé (plus de la moitié des clients de la société sont étrangers), hors de question pour BlueBoard de quitter ses racines parisiennes. Kevin Cohen le confirme : « Entre les multiples incubateurs, les Business Angels, les accélérateurs de business en tout genre, ce qui se passe à Paris est vraiment incroyable. La capitale est devenue un cercle vertueux pour entreprendre ».

Emilie Kremer

À lire aussi :

Marketing digital : Dolead mise tout sur la sémantique 

Recruter les premiers managers : le casse-tête des startups

PARTAGER (10)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

2 Commentaires
  1. […] BlueBoard : du solopreneuriat à un réseau de soutien XXL […]

  2. […] BlueBoard : du solopreneuriat à un réseau de soutien XXL […]

Laisse ton commentaire