UrgoTech lance UrgoNight, un casque pour retrouver le sommeil

UrgoTech lance UrgoNight, un casque pour retrouver le sommeil

À l’occasion de VivaTech, Guirec Le Lous, le CEO d’UrgoTech, est venu nous présenter la dernière innovation de sa startup, le casque de sommeil UrgoNight.

S’entraîner le jour à bien dormir la nuit, telle est la promesse d’UrgoTech. La startup d’Urgo spécialisée dans les neurotechnologies et l’intelligence artificielle, a profité de VivaTech pour venir présenter sa nouvelle innovation, le casque de sommeil UrgoNight.

Partant du constat qu’en France, une personne sur trois a des troubles du sommeil, la société se lance en 2015 à l’assaut de ce fléau. Pendant quatre ans, UrgoTech travaille conjointement avec des neuroscientifiques et des experts du sommeil pour mettre en place une solution. Basée sur la méthode naturelle, et cliniquement prouvée, du Neurofeedback, le casque UrgoNight permet d’entraîner son cerveau à protéger son sommeil en produisant davantage d’ondes cérébrales. « On va porter UrgoNight sur la tête, et on va mesurer l’activité cérébrale », explique Guirec Le Lous. En résulte un endormissement plus rapide, suivi d’un meilleur sommeil.

Concrètement, cela nécessite un entraînement de 15 minutes par jour. Le casque peut être utilisé à tout moment de la journée, chez soi ou sur son lieu de travail. Relié à une application mobile, UrgoNight se présente sous la forme de programmes d’entrainement ludiques. « Quand on réussit à protéger ses ondes, on gagne des points. L’objectif est d’en gagner le plus possible pour que le cerveau réapprenne à protéger le sommeil », rapporte le CEO.

La technologie offre des premiers résultats dès le premier mois. Cependant, pour des effets significatifs, Guirec Le Lous recommande une utilisation quotidienne pendant 4 mois, et un entraînement plus espacé ensuite.

Les objets connectés au service de la santé

Disponible dès à présent en pré commande, UrgoNight sera commercialisé à l’horizon 2020. S’ensuivra quelques autres innovations majeures. Si Guirec Le Lous entend préserver la confidentialité sur ces futurs projets, il ne cache rien des ambitions d’UrgoTech.

« Je suis convaincu qu’il y a une place à prendre dans ce domaine de la santé. Aujourd’hui, il y a des médicaments qui vont éventuellement soigner les symptômes et il y a des objets connectés qui mesurent. Je suis convaincu qu’on peut faire des objets connectés qui aident les gens à aller mieux. Et comment on fait ça ? Eh bien, en regardant ce qui marche aujourd’hui dans le domaine médical et en aidant ces technologies qui fonctionnent à être plus démocratiques et plus accessibles pour l’ensemble des gens. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur VivaTech en 2020, où UrgoTech, fort de ses aspirations, devrait s’offrir une place de choix.

0 commentaires

Laisser un commentaire