Retour sur le Make Her Day 2019 des Premières

Retour sur le Make Her Day 2019 des Premières

Retour sur l’édition 2019 du Make Her Day :

Le Make Her Day 2019 du Réseau Les Premières  c’est fini !

Quelle journée riche en émotions, partage, conseils et bonne humeur !

⭐️INSPIRATION⭐️
« Je voulais bricoler 2-3 trucs dans ma cave… Elles m’ont dit que je pouvais conquérir le Monde! »

Suite au #MakeHerDay 2019, l’une des entrepreneurEs présente a pris la plume pour écrire un article inspirant sur les possibilités des femmes entrepreneurEs!
On en est touché.e.s et inspiré.e.s ! 🚀

On vous le retranscrit ci-dessous :

« Aujourd’hui, à la journée Make Her Day 2019, elles m’ont parlé d’elles, de leur parcours :

Celle, venue d’une banlieue à qui on a toujours dit qu’elle « ne pourrait pas », aujourd’hui devenue députée et qui parcourt le Monde.
Celle qui promène désormais son chien au bois de Boulogne.
Celle qui a dû batailler pour que son père la regarde enfin comme un être doué de neurones pour lui donner les rênes de l’entreprise familiale aux millions de CA.
Celle devenue ministre.
Mais aussi celui qui depuis plus de 10 ans se bat de toutes ses forces pour que les femmes montent à des niveaux de dirigeantes. Et qui nous supplie de postuler, de regarder en haut ! Parce que certains et beaucoup de certaines, nous y attendent !

Ils m’ont tous parlé de ce syndrome de l’imposteur que nous avons, nous les femmes. Ce syndrome qui nous fait dire que « non, nous ne savons pas faire » quand les hommes qui, eux ne savent vraiment pas, se lancent sans douter et passent devant nous…

Ils m’ont parlé du plafond de verre, mais ils m’ont aussi dit que nous n’essayions même plus de le traverser.
Un peu comme ces éléphanteaux qu’on accroche avec un fil à un arbre pour ne pas qu’ils s’échappent, et qui n’essaient plus d’y aller une fois grands et forts.

Elles m’ont dit que oui, on avait été éduquées comme ça. Qu’on ne nous avait pas appris qu’on pouvait…palper des millions ! Voir grand ! Que ce n’était pas vraiment censé être notre rêve à nous, petites filles. Nous, on nous a cantonnées au rôle de la bonne mère et de la bonne secrétaire. Parfois de la bonne cadre bien obéissante.

Mais quelle petite fille a entendu : « tu seras cheffe d’entreprise, députée , présidente de la République, et tu pourras avoir tout l’argent et le pouvoir que tu voudras » ?

Moi, quand on m’a demandé ce que je « voulais » avec mon entreprise, j’ai répondu que je voulais juste un peu m’amuser, que faire 2 ou 3 fringues tranquille dans ma cave, c’était cool pour moi.
Ce sont des hommes qui m’ont interrogée.
Et j’ai vu face à moi que leur rapport à l’argent était totalement différent. Que pour eux, plus que pour moi, réussir, s’épanouir, c’était aussi gagner beaucoup d’argent.

Je n’ai jamais voulu gagner beaucoup d’argent.
Ah si parfois en rêve au loto. Je ne me suis jamais autorisée à imaginer que je pouvais rapporter beaucoup.
Je me dis que je n’en ai pas besoin. Que la santé est la plus importante, et que subvenir aux besoins de ma famille c’est le mieux que je puisse faire.

Et bien hier, on m’a dit que je pouvais AUSSI gagner de l’argent. Que j’en avais le droit. Et même plus ! Que j’en avais le devoir !

Vis à vis de toutes les autres femmes ! Que des gens, des hommes aussi, se battaient pour moi ! Pour qu’on fasse notre place !
Parce que je sais que de l’argent, il y en a pour tout le monde ! Et beaucoup ! L’argent c’est une énergie ! Ça circule ! Tu l’attires ou pas à toi. C’est toi qui décide ! Alors je me suis vue exporter. Je SAIS de toutes mes forces que ça marchera du feu de dieu dans des tas de pays ! Je le sais pertinemment.

Mais hier, on m’a dit que je POUVAIS le faire.

Hier ils et elles ont débloqué mes croyances sur le fait que c’était « mal » de vouloir de l’argent, que c’était réservé aux hommes puissants aux cheveux argentés et costards (ou autres petits génies du web).

Hier, on m’a dit : IL FAUT Y ALLER !

Alors aujourd’hui, je ne fais pas de l’argent une priorité. Mais je m’autorise à aller au-delà de mes 2 ou 3 pièces dans ma cave.
Aujourd’hui je me visualise vendant sur tous les continents.
Aujourd’hui je me visualise, heureuse, épanouie, sûre de moi…avec beaucoup d’argent qui rentre.
Aujourd’hui je m’autorise à vouloir gagner beaucoup d’argent avec mon projet.
Aujourd’hui je m’autorise à entrer dans la cours des grands entrepreneurs.

Merci Madame la Ministre Agnes Pannier-Runacher, Madame la députée Amélia Lakrafi , Madame Marie Adeline-Peix , Madame Chrystèle Gimaret , Madame Anne-Charlotte Fredenucci , Madame Areeba Rehman merci Monsieur Guy Mamou-Mani et Monsieur Michel de Rovira! »

Source
Photo de une : Jean Chiscano

0 commentaires

Laisser un commentaire