Ma Spatule, le spécialiste en ligne des ustensiles de cuisine

Ma Spatule, le spécialiste en ligne des ustensiles de cuisine

Publié le 19 août 2019

Aurelie Perruche

Lancée en 2012, en plein boom des émissions culinaires, la startup référence aujourd’hui près de 8000 articles dans sa e-boutique, fréquentée par les cuisiniers en herbe comme par les chefs étoilés.

Les Français retrouveraient-ils le chemin de leur cuisine ? Avec le rejet grandissant d’une alimentation industrielle ultra-transformée et les scandales sanitaires à répétition, ils sont de plus en plus nombreux à vouloir se remettre au fourneau. Ce retour en grâce du fait-maison tient aussi à l’explosion des loisirs culinaires qui battent leur plein depuis quelques années. Les émissions télévisées thématiques diffusées à des heures de grande écoute fleurissent. Les Chefs ouvrent des ateliers et dispensent des cours plébiscités par les apprentis cuisiniers. On ne compte plus les blogs sur lesquels piocher les meilleures recettes et astuces. Quant aux beaux livres de cuisine, véritables phénomènes éditoriaux, ils s’arrachent en librairie.

C’est sur ce créneau porteur qu’Aurélie Perruche et Yvan Morales ont décidé de se lancer, en 2012, en créant leur e-boutique spécialisée dans les ustensiles de cuisine. A l’époque, aucune enseigne ne faisait figure de leader incontesté dans ce domaine, encore moins sur Internet.

Le succès est presque immédiat, grâce à un marketing bien orchestré. Après un an d’existence, la startup proposait déjà 1 000 références dans plus de 40 marques, pour 3000 clients. Pour se démarquer, la jeune pousse décide assez vite de se positionner sur le créneau du moyen et du haut de gamme, en offrant un catalogue toujours plus riche. Résultat, MaSpatule.com compte aujourd’hui près de 8000 références et propose quelque 250 grandes marques. Autre facteur différentiant, elle privilégie le plus possible le made in France. Un argument auquel les clients français sont sensibles mais qui fait mouche aussi à l’international, où l’entreprise réalise près du quart de son chiffre d’affaires.

Après 7 ans d’existence, Ma Spatule prospère. Et les deux fondateurs ne manquent pas d’idées pour continuer à la faire grandir. Parmi les projets d’expansion qui mûrissent, une accélération du développement à l’international avec l’implantation de centres logistiques locaux et l’ouverture d’une seconde boutique en ligne, dédiée cette fois aux professionnels : boulangers, pâtissiers, responsables de cantines, restaurateurs, etc.

L’art d’apprendre d’un échec précédent

En somme, l’exemple parfait de la startup à qui tout sourit. Mais si le succès est au rendez-vous, c’est aussi grâce aux leçons qu’Aurélie et Yvan ont su tirer d’une aventure entrepreneuriale précédente qui avait vite tourné court. Tous deux ingénieurs, ils avaient créé Likiwi, une application qui permettait de téléphoner gratuitement depuis Facebook. Leur business modèle était alors basé sur le financement des appels par la publicité. Mais faute de convaincre suffisamment d’annonceurs, ils avaient dû passer la main, après trois ans d’effort.

De quoi faire toucher du doigt la fragilité du statut de créateur d’entreprise, notamment sur le plan assurantiel. Aurélie en convient volontiers :« En tant que dirigeant, vous n’avez pas droit au chômage. Quand on est tout entier tourné vers son projet d’entreprise, on a tendance à l’oublier« . La jeune femme, qui a déjà démontré une belle capacité à rebondir, se montre optimiste. « Dans l’aventure entrepreneuriale, il y a toujours des hauts et des bas. Je tâche d’être philosophe en me disant qu’après une mauvaise journée, le lendemain sera plus souriant. C’est d’autant plus facile quand on peut compter sur une équipe soudée et motivée« .

 

 

 

 

0 commentaires

Laisser un commentaire