Nettoyer la planète en bateau : le défi de Plastic Odyssey

Nettoyer la planète en bateau : le défi de Plastic Odyssey

Le moment et le lieu étaient bien choisis. Sous la verrière du grand Palais, lors de la nouvelle édition du salon ChangeNOW. Un décor de rêve donc et un public haut de gamme, Brune Poirson ministre de la transition écologique en tête, tous réunis pour assister à la conférence de presse de Plastic Odyssey.

Plastic Odyssey au fond c’est une véritable aventure, une histoire de mer, avec toute les mythologies que cela comporte. Et cette présentation à ChangeNow constituait la promesse d’un nouveau chapitre. L’équipe avait en effet choisi cette date pour dévoiler la maquette de son nouveau navire qui servira de « laboratoire du recyclage » lors d’un tour du monde pour le moins singulier. C’est en effet une expédition de trois ans à bord d’un navire carburant aux déchets plastiques, que s’apprête à vivre Plastic Odyssey. Parce que Plastic Odyssey c’est ça. Un pari un peu fou. Lutter contre les plastiques qui polluent les océans, nettoyer la mer à la petite cuillère en somme.

Au cours de ce périple, plus de 30 escales seront réalisées durant lesquelles des déchets plastiques seront collectés, triés et recyclés à bord. Le but : sensibiliser le grand public à la pollution plastique des océans, transformer les déchets plastiques en une nouvelle ressource, et diffuser dans le monde entier des technologies de recyclage simples et accessibles à tous. Quand on sait que seulement 1% des plastiques jetés dans les océans reste en surface de l’eau, on mesure l’immensité de la tâche. Au delà de l’envie et de la motivation, c’est aussi une prouesse technique qui se dévoilait. Le premier bateau de Plastic Odyssey faisait 6 mètres, le nouveau près de 40.

Il y avait donc de la fierté et de l’émotion ce jeudi matin au grand Palais, et Brune Poirson, qui suit le projet depuis son lancement, ne cachait ni son enthousiasme, ni sa satisfaction : “votre projet incarne l’alliance de la nature et de la biodiversité pour lutter contrer le changement climatique.” Et parce que ce type d’aventure ne peut se faire seul les partenaires du projet étaient là. L’Occitane notamment associée de longue date au projet représentée par Adrien Geiger, Directeur International de la Marque. « Face à l’urgence environnementale, les entreprises ne peuvent plus se contenter de réduire leur impact, elles sont aussi une force considérable pour trouver des solutions concrètes afin de réparer les dommages causés à la nature. »

On peut toujours être sceptique face à ce genre d’évènement, mais force est de constater qu’en ressortant de cette conférence de presse, véritable temps fort du salon, on restait interdit face à la force de la conviction et de l’engagement.

 

 

 

0 commentaires

Laisser un commentaire