La bataille d’Engie, expression d’un monde qui change…pas !

La bataille d’Engie, expression d’un monde qui change…pas !

Ce qui se joue actuellement chez Engie et qui trouvera son terme jeudi prochain n’est rien moins qu’une énième bataille rangée entre les anciens et les modernes. Et le plus terrible, voire le plus terrifiant pour notre avenir commun, c’est qu’une fois de plus les anciens vont gagner au moment où, pourtant, on a le plus besoin de changer et donc besoin des modernes.

Le bon vieux capitalisme français ici à la manœuvre se fiche comme d’une guigne qu’un groupe comme Engie s’engage un peu plus que d’autres dans la transition énergétique dont le monde a besoin…ça ne rapporte pas assez en termes de dividendes. Le bon vieux capitalisme français, toujours autant masculin et au taux de cholestérol dans le rouge ne supporte pas non plus qu’une femme, pourtant plébiscitée dans son entreprise, décide et gouverne à sa place. Il ne supporte pas non plus que cette dirigeante prenne, de plus, l’opinion et la société à témoin de cet état de fait. Tout ça, mes chers amis, devrait rester discret, dans l’ombre, entre soi ; comme d’habitude, comme avant, comme toujours.

Bien sûr on vous dira que jamais au grand jamais il ne s’agit de cela, il s’agit ici de style de management, de résultats mal orientés, études, audits et chiffres à l’appui. Mais il s’agit pourtant bien de cela. Toujours de cela. Et de ceux-là. Ceux qui résistent.

Comment, dans ces conditions, espérer avancer, ne serait-ce qu’un peu, dans le bon sens, pour la société, pour la planète, pour l’avenir ? On parle beaucoup de certains gaulois réfractaires qui ne comprendraient pas le sens d’un monde qui change. Là, sous nos yeux, d’autres gaulois sont à l’œuvre. Peu nombreux mais très influents et terriblement destructeurs. C’est terriblement décourageant car si l’on veut montrer et démontrer à tous qu’au-delà des raisons d’être et des belles paroles rien ne change ni ne changera vraiment…c’est parfaitement réussi.

Résistons à ceux qui résistent.

0 commentaires

Laisser un commentaire