La mairie de Paris va supprimer la moitié des places de stationnement

La mairie de Paris va supprimer la moitié des places de stationnement

De 140 000 à 70 000. Le nombre de places de stationnement en surface va être divisé par deux par la mairie de Paris annonce David Belliard. Une consultation citoyenne sera mise en place pour décider quoi faire de cet espace libéré, qui représente plus de deux fois les Buttes-Chaumont.

Chose promise, chose due. Anne Hidalgo va réduire le nombre de places de stationnement en surface par deux dans la capitale d’ici la fin de son mandat, soit d’ici à 2026. Cette action, qui était une promesse de campagne de la maire depuis réélue, est maintenant une réalité. La mesure a été présentée ce mardi 20 octobre par David Belliard, adjoint écologiste en charge de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie.

70 000 places de stationnement supprimées

« On ne peut plus utiliser 50% de la capitale pour l’automobile alors qu’elle ne représente que 13% des déplacements », détaille dans Le Parisien l’ancien candidat EELV qui ravive la flamme de la lutte contre les automobiles initiée par Anne Hidalgo.

« Quasiment la moitié des 140 000 places existantes [seront supprimées] d’ici la fin de la mandature », précise David Belliard. 70 000 places, cela représente une surface de 65 ha, soit deux fois et demie les Buttes-Chaumont, ou encore trois fois le parc du Luxembourg.

Les Parisiens aux manettes

Pour utiliser au mieux cet espace, la mairie de Paris s’est fixée deux objectifs auxquels elle ne veut pas déroger : débitumer et végétaliser. Mais ce n’est pas la mairie qui va choisir l’utilisation de cet espace, mais bien les Parisiens. Ils vont pouvoir s’exprimer via une grande consultation citoyenne sur internet en répondant à cette question : « Que faire des 10m² – soit la surface d’une place de stationnement – en bas de chez eux ? »

Les options sont tout de même orientées par la municipalité. Les Parisiens ont le choix entre la mise en place d’infrastructures dédiées aux vélos, la création de jardins, de toilettes publiques, de fontaines, de terrasses de café ou de structures pour faire du sport. Les places réservées aux personnes handicapées ne sont pas concernées, précise la mairie de Paris.

Les parkings souterrains devraient sortir largement gagnants de cette mesure. Ces derniers comptabilisent aujourd’hui plus de 600 000 emplacements de parking, soit environ quatre fois plus qu’en surface. Les tarifs de stationnement sous terre devraient rester inchangés, précise Le Parisien.

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

2 commentaires

Je suis étonné de decouvrir ce 13% pour le déplacement en voitures ... alors parlons, écrivons et ameliorons les autres moyens de transports pour les valoriser.

Par Jan-Eric Gerlitz, le 27 octobre 2020

Les terrasses de café ne sont pas une pollution sonores pour les riverains ?

Par Hamon, le 21 novembre 2020

Laisser un commentaire