Tout ce que vous devez savoir sur le vaccin contre la covid-19

Tout ce que vous devez savoir sur le vaccin contre la covid-19

Publié le 2 décembre 2020

vaccin cov-19

Quels vaccins sont sur le point d’être commercialisés ? Quelle stratégie va être mise en place en France ? Et surtout, le vaccin pourra-t-il, à lui seul, mettre fin à l’épidémie ? Éclairages.

Moderna, Pfizer/BioNTech, Gamaleîa … La course à laquelle se sont livrées ces entreprises pour la découverte du vaccin contre le SARS-COV-2 porte déjà ses fruits. A quelques mois à peine après le début de la pandémie, la société américaine Moderna a ainsi déposé, lundi 30 novembre, une demande d’autorisation de mise sur le marché de son candidats-vaccin. Au Royaume-Uni, le vaccin du tandem germano-américain Pfizer/ BioNTech sera même disponible « la semaine prochaine » a déclaré un porte-parole du ministère de la santé britannique. Au sein de l’hexagone, la Haute Autorité de Santé se penche déjà sur la stratégie vaccinale. Mais combien y a-t-il concrètement de candidats vaccins ? Quand est-ce que le premier vaccin sera commercialisé ? Y a-t-il des personnes qui ont déjà été vaccinées ? Quelle est la stratégie de vaccination en France ? Et surtout, le vaccin va-t-il mettre fin à l’épidémie ?

Combien y a-t-il de vaccins ?

Selon le décompte réalisé le 12 novembre dernier par l’OMS, 48 vaccins seraient en essai clinique sur l’homme. Parmi ces derniers, onze en sont à la dernière phase. C’est-à-dire celle qui consiste à tester l’efficacité du prototype à grande échelle. Mais c’est surtout l’alliance germano-américaine Pfizer/BioNTechn, la société américaine Moderna et l’Institut de recherche russe Gamaleïa qui tirent leur épingle du jeu avec un taux d’efficacité annoncé à 90%.

A quand la commercialisation du premier vaccin ?

 La mise sur le marché du vaccin accélère à grands pas, le Royaume-Uni a approuvé ce mercredi le vaccin des laboratoires Pfizer et BioNTech et a déclaré que ce dernier serait disponible « la semaine prochaine ». Aux Etats-Unis, l’alliance germano-américaine a fait une demande de commercialisation, le 20 novembre dernier, auprès de la Food and Drug Administration. Celle de la société Moderna, a été déposée le 30 novembre. L’Union Européenne devrait quant à elle se prononcer sur les deux vaccins dès la mi-décembre.

Au sein de l’hexagone, Emmanuel Macron a déclaré, le 24 novembre dernier, que les premiers vaccins pourraient être disponibles, « dès fin décembre, début janvier, sous réserves des validations par les autorités sanitaires ». La priorité sera alors donnée « aux personnes les plus fragiles et donc les plus âgées ».

Des personnes ont-elles déjà été vaccinées ?

En Chine, les essais sur l’homme de vaccins expérimentaux ont été autorisés dès cet été rapporte Le Monde. Selon le journal «  A la mi-octobre, un million de personnes avaient reçu une dose de l’un d’entre eux ».

Toujours selon Le Monde, la Russie, aurait quant à elle, lancé la vaccination de ses soignants dès septembre, et quelque 50 000 Russes ont déjà reçu une dose du vaccin Spoutnik-V, « dont la phase d’expérimentation a été raccourcie, suscitant l’inquiétude d’experts en virologie ». Au Maroc, au Brésil, en Turquie ou encore au Pérou, des dizaines de milliers de volontaires se sont vus administrer des candidats vaccins dans le cadre d’essais cliniques.

Quelle Stratégie de vaccination en France ?

Selon la Haute Autorité de santé (HAS), la vaccination en France devra se faire en 5 phases :

  • Phase 1 :  La HAS estime que les premiers concernés par le plan de vaccination devraient être les résidents des Ehpad (750 000 personnes) et les salariés de ces établissements âgés de plus de 65 ans et/ou présentant des comorbidités.
  • Phase 2 : Ce sera ensuite au tour des personnes âgées de plus de 75 ans, « puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans », ainsi que les « professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans » ou présentant un facteur de risque de forme grave.
  • Phase 3 : «L’ensemble des personnes de plus de 50 ans ou de moins de 50 ans mais à risque de forme grave du fait de leurs comorbidités » ainsi que « l’ensemble des professionnels du secteur de la santé et du médico-social » et les « professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays ».
  • Phase 4 : Les « professionnels dont l’environnement de travail favorise une infection (contacts réguliers du public, milieu clos…) » et aux « personnes vulnérables ou précaires ayant un pronostic moins favorable en cas d’infection par le Covid-19 ».
  • Phase 5  : Celle-ci devrait s’établir, sous réserve de doses suffisante, pour toute personne de plus de 18 ans

Le vaccin peut-il mettre fin à l’épidémie de Covid-19 ?

 « Le vaccin seul ne mettra pas fin à la pandémie » a prévenu, le directeur général de l’OMS, le 16 novembre dernier sur Twitter. En effet, selon ce dernier,  « les personnes devront toujours être testées, isolées et soignées, les contacts devront toujours être recherchés et mis en quarantaine ».

Un article du Monde souligne également que l’immunité collective grâce aux vaccins dépend en grande partie de leur efficacité, de leur conservation et de leur distribution. Même si on sait que le candidat-vaccin de Pfizer BioNtech protège pour le moment l’individu vacciné, sa capacité à empêcher la transmission du virus reste difficile à établir.

L’accès aux vaccins pose également question. En effet, toute la population mondiale n’aura pas accès aux vaccins en même temps. D’après la vaccinologue, Marie-Paule Kieny, pour éliminer le virus, il faudrait vacciner presque 100 % de la population mondiale avec un vaccin qui serait efficace à près de 100 % pendant plusieurs années. Il semble que nous n’y sommes pas encore…

0 commentaires

Laisser un commentaire