Antoine Laurent, l’entrepreneur qui voulait révolutionner la vie des pharmaciens avec Pharmedistore

Antoine Laurent, l’entrepreneur qui voulait révolutionner la vie des pharmaciens avec Pharmedistore

Pharmedistore

C’est peut-être un marché de niche, mais c’est un marché porteur. Avec Pharmedistore, Antoine LAURENT entend simplifier le quotidien des quelques 20 000 officines françaises. Comment ? Avec une marketplace où cohabitent produits et services. L’entreprise vient d’intégrer le prestigieux French Tech 120 et regarde désormais vers l’international.

Si l’on devait décrire très rapidement Pharmedistore, que dirait-on ?

AL Nous voulons être le partenaire business et innovation des pharmaciens. Notre ambition est de devenir un véritable allié pour le développement de leur chiffre d’affaires. Nous sommes là pour apporter un ensemble de solutions, aussi bien au niveau du produit que du service, pour faciliter le quotidien des officines. Cela passe par la recherche et sélection de produit, la mise en place de solutions de clic and collect, ou encore la livraison en urgence de frigo pour vaccination.

Comment se retrouve-t-on entrepreneur à la tête de la première marketplace paramédicale française ?

AL Je n’ai pas toujours été entrepreneur. J’ai commencé avec un parcours relativement classique dans le salariat, chez Axa notamment. Mon père par contre avait en lui cette fibre de la création d’entreprise. A sa retraite, s’est posée la question de la reprise ou de la vente de son entreprise. C’est là que j’ai plongé dans le bain. Problème, je n’avais ni la compétence ni l’appétence pour gérer une entreprise spécialisée dans la recherche clinique. J’ai donc décidé de créer ma propre entreprise. Pharmedistore était lancée.

Passer du statut de salarié à celui d’entrepreneur, c’est forcément changer de monde ?

AL C’est un rapport différent à la sécurité. Être entrepreneur, c’est d’une certaine façon faire le choix de l’insécurité permanente. Mais c’est aussi celui de la passion, du challenge et de l’aventure humaine. Nous sommes aujourd’hui 18 salariés, c’est une véritable famille à laquelle je suis intimement lié. C’est un engagement et une responsabilité forte.

Pour en revenir à Pharmedistore, comment fonctionne le concept de marketplace ?

AL C’est très simple, une markteplace est un site web qui doit représenter le catalogue le plus large possible en termes de produits. On doit pouvoir obtenir en un clic toutes les infos utiles, toutes les références et toutes les marques. Une marketplace, c’est ensuite la possibilité d’avoir un interlocuteur unique pour toutes les prestations. C’est par exemple, une seule facture pour une commande auprès de 600 laboratoires.

Notre ambition est d’aller au-delà de ces prérequis et de devenir un véritable tiers de confiance. Nous voulons proposer au pharmacien les meilleurs produits, en termes d’efficacité, d’innocuité, et au meilleur prix. Nous négocions pour eux. Nous avons vocation à entrer dans la peau du pharmacien pour répondre à l’ensemble de ses besoins et lui apporter une véritable valeur ajoutée dans chacune de nos actions.

Quels est le retour des pharmaciens sur Pharmedistore justement ?

AL Nous avons dû faire face inévitablement à une forme de défiance. Il faut savoir qu’un pharmacien est appelé tous les jours pour des offres commerciales. Notre avantage : nous ne vendons rien, nous conseillons. Nous travaillons donc au quotidien pour évangéliser le marché, cela passe par le bouche à oreille, par de la communication ciblée et par la signature de partenariats stratégiques avec les acteurs phares du marché.

Parler sanitaire ou médical aujourd’hui, c’est inévitablement parler du Covid, quel a été pour vous l’impact de la pandémie ?

AL Pour nous le Covid a été une lutte contre la pénurie. En mars dernier, nous étions les seuls à pouvoir permettre au pharmacien de s’approvisionner en masque, gel ou test. Il faut se rappeler que les pharmacies, lors du premier confinement, faisaient partie des seules portes ouvertes. Et la tension sur les produits était forte.

Cette séquence, au-delà évidemment de la tragédie humaine et économique, a été assez paradoxale pour nous. Nous avons gagné de nombreux clients, mais pour un service qui n’est pas vraiment le nôtre, sur un positionnement que nous ne voulons pas garder. Encore une fois, nous voulons évoluer sur une dimension de conseil et non pas uniquement la gestion d’une pénurie. Nous avons donc aujourd’hui un travail de pédagogie à faire auprès de ces nouveaux clients.

Vous avez opéré une levée de fond de 2 millions, intégré le FrenchTech 120, quels sont vos objectifs à moyen terme ?

AL Clairement, de nous inscrire dans le quotidien des pharmaciens, d’être pour eux la solution globale. Concrètement cela implique de travailler encore plus notre catalogue de produits et de services. Sans surprises, nous regardons aussi du côté de l’international pour évaluer les possibilités de déploiement de la solution. Enfin, en termes chiffrés, nous visons à 5 ans les 30 millions d’euros de chiffres d’affaires avec des équipes de 50 collaborateurs.

Dernière question, vous avez plusieurs sites, mais le principal est proche de Tours. On assiste à la fin de l’association start-up = Paris. Comment expliquez-vous ce retournement ?

AL C’est avant tout un retour à la normalité. Il n’y a pas plus de compétences et d’idées à Paris qu’en province. Qui plus est, les organisations de soutien à l’innovation et à la création d’entreprises sont bien plus réactives en région. Ajoutez à cela les changements radicaux que le covid risque de créer en termes d’aménagement du territoire et vous avez les ingrédients de cette bascule.

0 commentaires

Laisser un commentaire