Michael Burry, l’homme qui avait prédit la crise de 2008, mise gros sur la chute de Tesla

Michael Burry, l’homme qui avait prédit la crise de 2008, mise gros sur la chute de Tesla

Chute

Michael Burry, qui avait prédit la crise des subprimes pronostique un effondrement du prix des actions de Tesla. Une chute liée à la perte des crédits carbone pour le constructeur automobile.

Son histoire a inspiré le film « The Big Short ». Michael Burry, président du Hedge Fund Scion Capital, est un des rares analystes financiers à s’être enrichi durant la crise des subprimes. En 2008 il mise sur l’effondrement des marchés financiers et empoche le jackpot.

Cette année Michael Burry refait parler de lui avec un nouveau pari risqué. Il annonce à l’organisme américain chargé du contrôle des marchés financiers une position courte sur Tesla. Une position d’une valeur de 534 millions de dollars via 800.100 options de vente.

Le spécialiste des positions courtes

La technique est périlleuse mais peut rapporter gros. En clair, elle consiste à parier non pas sur la hausse d’un titre boursier mais plutôt sur sa chute. En l’occurrence un investisseur fait le choix de louer une action en bourse puis de la revendre immédiatement. Si l’investisseur a vu juste, alors il rachète l’action par la suite, à moindre prix, afin d’encaisser la différence.

C’est exactement la technique de Michael Burry. Le financier réitère, avec Tesla, le pari fait en 2008. Il mise sur la chute de l’entreprise d’Elon Musk alors que la valeur d’une action Tesla est passée en un an de 172 à 628 dollars.

La chute des ventes de crédits carbones pour Tesla.

D’après Michael Burry cette envolée de Tesla s’explique par le fait que l’entreprise a touché en 2020 ses premiers bénéfices après plusieurs années de perte. Notamment grâce à la hausse des ventes de véhicule, qui ont approché le demi-millions malgré la crise sanitaire. Les gains de Tesla sont aussi liés à la vente de crédits carbones aux autres constructeurs automobiles.

Aux Etats-Unis les achats de crédits permettent aux fabricants de véhicules plus polluants que la limite autorisée, de ne pas avoir à payer d’amende. À l’inverse, les constructeurs vertueux, comme Tesla, peuvent revendre leur surplus de crédits carbones. Or, de moins en moins de marques comptent acheter des crédits à Tesla. C’est le cas de Peugeot, Fiat ou Chrysler qui atteindront leurs objectifs écologiques cette année.

Sans cette rente Tesla risque de perdre la moitié de son chiffre d’affaires annuel. Michael Burry fait donc le pari que l’entreprise californienne repassera bientôt dans le rouge. Une situation qui pourrait détourner les investisseurs et faire chuter le cours de l’action.

0 commentaires

Laisser un commentaire