Les déchets du bâtiment sous haute surveillance

Les déchets du bâtiment sous haute surveillance

déchets

A compter d’aujourd’hui de nouvelles règles entre en vigueur pour endiguer le phénomène des déballes. Depuis plusieurs années des entreprises de travaux déchargent illégalement, dans la nature, des tonnes de déchets issus des chantiers de construction. Les professionnels du BTP encourent maintenant de lourdes sanctions.

Vous aimerez aussi

Le gouvernement espère mettre un terme à cette pratique avec ce décret du 1er juillet. Désormais les chefs de chantiers devront faire figurer sur leurs devis une mention « déchets ». Ainsi ils devront déclarer les détritus générés par les travaux de leur entreprise, et attester de leur dépôt dans une décharge autorisée. Les contrevenants risquent maintenant deux ans d’emprisonnements et une amende de 75.000 euros.

Jusque là plusieurs sociétés du secteur du BTP utilisaient la nature pour se débarrasser de ces détritus encombrants. Parfois même sans l’accord du propriétaire du terrain concerné. D’autres fois, une simple enveloppe donnée discrètement au propriétaire pouvait suffire comme passe-droit. Un phénomène particulièrement dévastateur pour les paysages et l’environnement. Chaque année on estime que 46 millions de tonnes déchets sont déversés illégalement dans la nature en France.

Le cout du traitement des déchets est effectivement onéreux et certaines entreprises préfèrent éviter de payer. Mis à part pour les déchets considérés comme « dangereux », le client qui fait appel à une société de travaux ne pouvait pas s’assurer du bon traitement des déchets. Désormais il peu demander des garanties !

0 commentaires

Laisser un commentaire