500 000 Euros pour les truffes de Ronds de Sorcières

De : Elisabeth Lecuyer & Jean-François Talbot
Emission du 16 juin 2011 :

Lancée en 2006, l’entreprise Ronds de sorcières veut devenir le leader de la trufficulture. Pour ce faire, Olivier De Guyenro, son dirigeant, recherche des investisseurs pour injecter 500 000 € dans l’entreprise, notamment pour l’achat de nouvelles terres.

Il fait donc face au jury de l’Elevator Speech, composé aujourd’hui d’Elisabeth Lecuyer, Love Money, et Jean-François Talbot, investisseur chez Paris Business Angels.

Côté concept, Ronds de sorcières est producteur de truffes. Il propose à ses clients l’usufruit d’un arbre leur permettant ainsi de récupérer le fruit des récoltes. Un système intéressant, notamment pour les restaurateurs qui souhaitent pouvoir se qualifier de producteur.

Avec 20 000 trufficulteurs en France, Ronds de sorcières veut voir grand face aux nombreux petits producteurs de cette filière qu’il qualifie « d’encore mal structurée ».

Pour en savoir plus sur le business model et la stratégie de Ronds de sorcières, rendez-vous dans le podcast de l’émission.

Thomas Benzazon

Animateur

Co-fondateur de Widoobiz et journaliste en charge des Programmes et de la rédaction, Thomas Benzazon reçoit entrepreneurs et acteurs du monde économique pour traiter des sujets d'actualité ou pour obtenir les confidences des chefs d'entreprise qu'il rencontre.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "500 000 Euros pour les truffes de Ronds de Sorcières"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Éric
Invité

Bonjour
Je suis propriétaire d’un chêne rond de sorcière et bien je peux vous dire que c’est une belle arnaque.
Zéro distribution et cerise sur le gâteau j’ai acheté quelques truffes.. je nai jamais pu les servir à mes amis en repas
Bref passez votre chemin !

Desanglois
Invité

Bonjour,
je suis dans le même cas que vous et en consultant le site je vois qu il continue à vanter les mérites de cette organisation en prenant soin de mettre sous silence l’absence totale de rétribution.
Tous les ans nous avons à faire face aux calamités climatiques du secteur. Les conditions d attribution de la première production réservée au 50 ou 100 premiers  » demandeurs  » sont stupéfiantes .
je pense qu il serait intéressant de se regrouper pour analyser le contrat et le montage financier de cette structure .

wpDiscuz