Femmes entrepreneures : faut-il congeler ses ovocytes ?

femme-question

Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs.

Choisir. Le nombre, mais surtout l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées à jongler entre les agendas familiaux et professionnels.

« Ce ne sont pas des philanthropes ». Aux yeux de Françoise Kourilsky, Coach, conférencière et auteure de  deux livres sur l’accomplissement personnel, l’initiative de Facebook et Apple est toute sauf désintéressée. « Ils misent clairement sur les ressources de la gent féminine dans leur business ! », ajoute la dirigeante. Ce qui n’est, de son point de vue, pas une mauvaise nouvelle non plus. Les femmes ont montré depuis longtemps les bienfaits qu’elles apportent aux différents conseils d’administration dont elles font partie

Accueillir un enfant dans les meilleures conditions

« C’est une initiative moderne, précurseur », mais aussi « coûteuse », rappelle Dominique Druon, dirigeante d’Aliath. En effet, la congélation n’est pas à la portée de toutes les bourses qui le souhaiteraient. Aux États-Unis, la congélation coûte en moyenne entre 10 000 et 20 000 dollars pour chaque congélation et 500 dollars de frais annuels de conservation. Garance Yverneau, dirigeante de 5A Conseil, qui a congelé ses ovocytes évoque quant à elle sur Itélé une facture de « 4 à 5000 euros ».

« Sécuriser ma fertilité et retarder l’âge de la grossesse c’était pour moi me donner quelques années de plus pour stabiliser ma vie professionnelle et construire ma vie personnelle pour accueillir un enfant dans les meilleures conditions », explique-t-elle. Faut-il cependant installer cette mesure dans l’entreprise, si celle-ci en a les moyens ? Si pour Garance Yverneau, « le législateur doit s’emparer de cette question », François Kourilsky demande un temps de « réflexion en terme d’éthique ».

Et l’éthique ?

Même si « la culture américaine est sans doute plus libératrice d’initiative », l’entrepreneure rappelle également que les deux géants « ont fait leur calcul ». La philanthropie et l’altruisme n’ont pas leur place ici. « Comment effectivement éviter une pratique qui n’interagisse pas dans le système de promotion des femmes, sous prétexte que l’entreprise finance une facilité pour les femmes à avoir des enfants plus tard dans leur vie ? », demande Dominique Druon.

En tout cas, Françoise Kourilsky a « la conviction qu’il nous faut aujourd’hui prendre conscience que rien n’est jamais trop tard, ni trop tôt.  Il faut plutôt savoir se sentir prêt, et ne plus s’emprisonner dans des conventions de timing pour faire X ou Y ». À croire que l’exemple de Carla Bruni, mère à 43 ans se multiplie chez les entrepreneures.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Femmes entrepreneures : faut-il congeler ses ovocytes ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Isabelle Montané
Invité
Bonjour, Je suis toujours surprise de voir que ce sont les hommes qui commentent ce qui devraient être commenté par les femmes ! Mais, force m’est de constater qu’en général elles ne commentent, ou très peu ! Je ne sais pas bien ce que veut dire « accueillir des enfants dans de meilleures conditions » … condition physique ? condition financière ? condition psychologique ? condition familiale ? Si on met cette information en rapport avec la durée moyenne des couples (+ ou – 3 ans) et en rapport aussi avec l’augmentation du turnover en entreprise, même dans les postes à responsabilités… Read more »
Hélène Ferrari
Invité
Bonjour Isabelle, Je rebondis sur votre dernière phrase. Oui, je pense pour ma part qu’avoir des enfants est absolument necessaire à l’épanouissement de la femme. Notre culture et notre histoire nous y prédisposent. Sans cette étape qui nous permet de transmettre, nous ne pouvons être épanouies. Sans enfant, la frustration s’installe et la déprime avec. Je ne connais pas de femme parfaitement épanouie sans être mère et je ne connais pas de mère ayant désiré un enfant, qui regrette de l’avoir mis au monde. Concernant le moment de vivre ce moment privilégié, j’aimerai que chacune puisse y répondre personnellement. Pour… Read more »
Isabelle Montané
Invité
Bonjour Hélène, Cela m’a fait plaisir de vous lire. Je comprends votre point de vue et pour plein de raisons je le partage aussi. Personnellement j’ai 2 enfants (tardivement donc !) et ce fut, et c’est encore une grande joie et une grande source d’épanouissement. C’est pourquoi, j’aurai pu tout à fait écrire votre post. Mais, il me semble important de faire entendre aussi d’autres voies, et surtout la voie des « sans voies ». Ancienne militante féministe, je peux vous assurer que de nombreuses femmes ne sont pas contentes d’être mère et d’avoir donné une vie… souvent une vie non désirée…… Read more »
wpDiscuz