Stylianos Antalis : entrepreneur Greco-Américain à la tête d’une EdTech aux 10M€ de C.A

Et s’il était possible de résumer la vie d’un entrepreneur en six chansons : le commencement, les moments de doute, les réussites, les échecs ? Dans l’émission Le Juke Box de ma vie, Stylianos Antalis – CEO de YES ‘N’ YOU – s’essaie à l’exercice ! 

Stylianos Antalis est né en Grèce mais en 1970, l’instabilité politique pousse ses parents à émigrer aux États-Unis. Il arrive à Boston à l’âge de 4 ans et il y découvre une ville en ébullition. Dans ce contexte, il gagne rapidement en maturité et noue avec l’entreprenariat : il s’occupe de la gestion administrative du ménage ! Ses débuts à l’école sont difficiles mais il réussit à se dépasser et il s’investit beaucoup dans le sport. 

Une enfance qui annonce une fibre d’entrepreneur

L’onirisme a bercé sa jeunesse : « The sky’s the limit, there’s no limit, you can go further », soutient-il. Il choisit, finalement, la chanson Dream on du groupe Aerosmith pour décrire d’où il vient.  Son premier job en entreprise et le décès de son père ont opéré chez lui une prise de conscience. Ses expériences professionnelles ont aussi confirmé l’entrepreneur qu’il voulait être : un entrepreneur qui veut travailler pour s’épanouir et développer la créativité des autres.  Sa société est celle de tous !

Quelques soient les situations, se stimuler et rester motivé

Quand il s’agit de se motiver, l’amateur de rock’n’roll opte sans hésiter pour Kashmir de Led Zeppelin. Un morceau qu’il écoutait en boucle lorsqu’il fallait se prêter au jeu du pitch pour lever les fonds nécessaires au développement de YES ‘N’ YOU, une plateforme en ligne qui diffuse le savoir en dispensant des cours de langue, de management et en proposant du digital learning. Les moments plus difficiles ont aussi leurs propres chansons : Paradise City de Gun n roses. Cette chanson lui permet de se ressourcer après des journées où les objectifs visés ne sont pas atteints. Ce morceau l’a aussi aidé à rebondir puisqueYES ‘N’ YOU est actuellement en pleine croissance, notamment grâce au rachat de Speaken, une petite entreprise qu’il surnomme le « tinder anglais » .

Finalement, « l’entrepreneur, c’est le guide »

Dans cet interview, Stylianos Antalis livre aussi sa vision de l’entrepreneur. Ce dernier est un guide qui donne sa vision des choses mais qui surtout, ne bride pas la créativité de ses collaborateurs.  Pour lui, l’effet Hawthorne existe bien et il y tient ! Il veut que ses collaborateurs se sentent bien au travail : « Voir le sourire des personnes qui traversent la porte. Ils sont contents de venir travailler ».  En entreprise, il veut rire, créer, écouter et partager. Enfin, il insiste sur sa volonté de « casser la barrière de l’éducation » avec YES ‘N’ YOU pour démocratiser « un savoir trop élitiste ».

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.