Deepomatic : « Notre vocation, c’est d’éviter que la révolution de l’IA n’appartienne qu’aux GAFA »

Après avoir pivoté en septembre 2017, Deepomatic a trouvé son créneau : permettre aux entreprises de s’approprier les technologies de l’intelligence artificielle en mettant à disposition sa plateforme logicielle de conception d’IA. La startup qui bouscule déjà ce marché souhaite en 2018 fortement impacter la transition IA dont bénéficient ses clients. 

« L’intelligence artificielle est très fantasmée ». Pour Augustin Marty, CEO de Deepomatic, la révolution tant attendue de l’IA appartient encore au domaine du futur. « Aujourd’hui, l’IA est réservée à quelques entreprises qui se partagent les marchés des voitures autonomes ou des assistants vocaux, mais la vraie révolution industrielle n’a pas encore eu lieu. Pourtant, comme l’imprimerie ou Internet, l’IA va bel et bien impacter le monde entier dans tous les domaines : médecine, assurance, sécurité… ».

Un constat qui a poussé l’entrepreneur à repositionner sa startup pour démocratiser les technologies de l’IA. La jeune pousse qui se plaçait sur le secteur de la mode en ligne, développe désormais une plateforme permettant à toutes les entreprises du monde de réaliser de « vraies » applications de reconnaissance d’images et vidéos.

« Nous donnons le pouvoir à nos clients. Nous accompagnons le groupe Compass dans le développement d’une nouvelle expérience d’encaissement facilité par la reconnaissance d’images, le secteur des transports va développer de nouveaux services comme le comptage des places disponibles ou bien la maintenance préventive grâce à la détection automatique de défauts sur les voies », explique-t-il.

Ne plus avoir peur du progrès technologique

Et si Deepomatic se rêve en « Microsoft de l’IA », Augustin Marty n’est pas dupe : les mentalités doivent changer pour faire éclore cette nouvelle révolution. Ne plus avoir peur du progrès, accompagner la transformation de la société et accepter le bouleversement du marché de l’emploi : quelques étapes qui restent à franchir, selon l’entrepreneur.

« L’IA, ce n’est que la continuité du progrès technologique. Ce sont les inventions qui rendent l’Homme plus productif. Les petits êtres virtuels seront moins forts que les êtres humains contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, mais ils seront en capacité de nous libérer des tâches rébarbatives. Il faut simplement que les Politiques prennent leurs responsabilités en accompagnant cette transformation.

Pour donner à la startup les moyens de ses ambitions, Bpifrance a intégré Deepomatic à son programme Le Hub qui récence recense chaque année les plus belles pépites et leur permet ainsi de gagner en visibilité. « Ils nous ont également présenté à de nombreux grands comptes et aujourd’hui on travaille avec Valéo ». Prochaine étape : une levée de fonds ?

Julie Galeski

Rédactrice pour Widoobiz, Julie Galeski couvre l'actualité des entreprises et des entrepreneurs. Amatrice de Taekwondo et passionnée de sciences-économiques, Julie Galeski tente d'apporter ses valeurs et sa culture dans ses actualités Entrepreneurs & Startups.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar