Jacques (Antoine Granjon) a dit…

Avec Vente-privée, Jacques-Antoine Granjon a flirté avec les 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier et espère bien terminer 2017 en beauté en atteignant les 3 milliards.

Sans doute le plus rock’n’roll des entrepreneurs. Ami des plus grands patrons français comme Niel ou Simoncini, la coqueluche des entrepreneurs aux cheveux « longs et propres » n’hésite pas à repenser son modèle sans cesse pour continuer de grandir.

Voici Jacques-Antoine Granjon en 5 citations:

« Si vous n’inventez pas, vous restez une copie inférieure à l’original » 

Une grande fierté. En inventant le business du déstockage en ligne en 2001, Vente-privée a fait de l’entrepreneur le plus rock’n’roll la 67ème fortune française, selon le classement 2016 de Challenges. Si la mode reste le « fer de lance » de Vente-privée, comme le rappelle le fondateur dans un article du Figaro, la marque se réinvente en permanence et s’étend depuis quelques années sur de nouveaux univers. Divertissement, voyage, vin, ou encore alimentation: rien ou presque, n’échappe à la pépite tricolore.

« Notre modèle est basé sur la frustration : vous ne trouvez pas toujours la pièce que vous voulez »

Être le plus rapide à dégainer sa carte bancaire. En 2015, ce ne sont pas moins de 90 millions de produits, tous secteurs confondus, qui ont été vendus sur le site. Un chiffre record qui s’explique en partie par les décotes élevées, 66% en moyenne, que la marque applique. Et les 30 millions de membres n’ont que 3 à 5 jours pour profiter des ventes événementielles. C’est donc le principe du premier arrivé, premier servi qui règne sur le site internet. La plateforme a également mis en place des ventes flashs quotidiennes. « Les ventes Oneday commencent à 7 h du matin et durent jusqu’à 6 h le matin suivant, si toutefois les stocks ne sont pas épuisés avant…», écrit le site.

« Lorsqu’un jeune entrepreneur de 25 ans monte son affaire, il devrait recevoir un mot du ministre le remerciant de monter une entreprise et de créer des emplois » 

Patriote mais pas sot. S’il est amoureux de son pays et pour une Europe à 8 ou 10 comme il le clame dans tous les médias, Jacques-Antoine Granjon n’est pas pour autant aveugle quant à certains dysfonctionnements. Selon lui, les jeunes créateurs d’entreprise, sans argent à leur début peuvent être découragés par la paperasse administrative qu’ils reçoivent au lendemain de la création de leur entreprise à l’instar du RSI. Idem pour les impôts français un peu trop lourds aux yeux du patron qui regrette d’ailleurs une certaine concurrence déloyale de la part de certains géants américains comme Amazon ou Facebook qui profitent du système européen et se voient exonérés d’impôts sur les sociétés.

« Les vrais talents ne viennent pas uniquement parce que vous leur proposez un salaire, ils viennent pour un projet »

L’humain, au coeur de sa stratégie de développement. L’entrepreneur l’a bien compris, pour grandir, il faut savoir s’accompagner des bonnes personnes. Et pour garder ses talents, Jacques-Antoine Granjon ne mise pas uniquement sur un salaire alléchant, ( 30% de plus que le SMIC selon ses dires), mais sur une politique managériale où l’humain est au centre de tout. Ce n’est donc pas simplement un emploi que ses salariés viennent chercher mais un projet, comme il le clame.

«En France, nous savons lancer des petites entreprises mais, malheureusement, quand elles grossissent et doivent franchir les frontières pour continuer à se développer, cela devient très compliqué »

Tout est plus simple aux États-Unis. C’est en tout cas la pensée de Jacques-Antoine Granjon. Pour l’entrepreneur quinquagénaire, le système fiscal ou bien la taille du marché français empêcheraient certaines entreprises de voir plus loin. Et après plus de quinze ans d’existence, Vente-privée ne dépasse pas les frontières européennes, où Granjon souhaite prendre le temps d’asseoir son leadership, pour le moment…

@Julie Galeski

Julie Galeski

Rédactrice pour Widoobiz, Julie Galeski couvre l'actualité des entreprises et des entrepreneurs. Amatrice de Taekwondo et passionnée de sciences-économiques, Julie Galeski tente d'apporter ses valeurs et sa culture dans ses actualités Entrepreneurs & Startups.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz