Prix de l’Entrepreneur de l’Année : À quoi ressemblent les startups françaises en 2016 ?

EY a réalisé un panorama des start-ups françaises qui sont en train d’impacter profondément la nature du business en France.

Mais qui sont-elles ? Derrière le qualificatif de « startup », se cache une réalité bien plus concrète. Afin de mieux la saisir, EY a réalisé un panorama des jeunes entreprises en lice pour le Prix de la Start-Up de l’année. Sur les 196 entreprises candidates, on apprend par exemple que l’âge moyen des créateurs est de 41 ans. Autre information de taille, 67% d’entre elles préfèrent se lancer avec des associés.

Digital et Born Global pour la plupart d’entre elles, plus du quart du chiffre d’affaires a été réalisé à l’international. Un montant qui a progressé de 89% entre 2014 et 2015. Mais, elles ne sont pas douées uniquement pour la vente à l’international. Elles savent également convaincre les investisseurs. Au total, 494 M€ ont été levés par ces startups depuis leur création. Aujourd’hui, plus de la moitié (52 %) ont atteint leur seuil de rentabilité.

Doctolib, startup modèle en matière de disruption

Preuve de leur bonne santé financière, EY montre que leur chiffre d’affaires a connu une croissance de 64% entre 2014 et 2015. Cumulé sur les 196 startups, le CA global atteint 720M€. Elles ont également créé 2590 emplois nets en 2015, soit une progression de 77% par rapport à 2014. Une très belle performance sachant que les startups évoquées n’ont, en moyenne, que 5 ans d’existence.

Une performance qui s’explique avant tout par leur capacité à disrupter leur marché. Vainqueur dans cette catégorie, Doctolib est par exemple devenu un expert dans la gestion des rendez-vous médicaux en ligne. Aujourd’hui, elle rassemble plus de 13 000 médecins et est présente dans plus de 400 établissements de santé. La société dispose d’une trentaine de bureaux répartis en France et en Allemagne et compte 5,2 millions de visiteurs par mois.

Actility a formé une alliance de 400 entreprises

Et demain ? À en croire EY, le soleil brille dans le cœur des startuppers. 80% prévoient d’embaucher. 57 % comptent même recruter 5 personnes ou plus. Il faut dire, les dirigeants anticipent une croissance supérieure de 50% en 2016. Malgré cela, les start-ups restent méconnues du grand public. D’où la volonté d’EY de les mettre en avant à travers le Prix de l’Entrepreneur de l’Année dans la catégorie Start-up de l’année.

Une distinction remise cette année à Actility. Experte sur la technologie radio LoRa, la startup a formé une alliance de 400 entreprises dans le monde afin d’offrir un service ultra-innovant. Elle construit des réseaux bas-débit pour objets connectés. Après 4 levées de fonds d’un montant total de 31M€, Actility compte tripler son chiffre d’affaires et réaliser entre 15 et 18M€ de CA.

La start-up s’est déjà implantée en Suisse, Pays-Bas, Allemagne, Taïwan et Japon. Et cela devrait continuer pendant les prochaines années.

#Replay : Vous pouvez retrouver l’interview de Jacques-Antoine Granjon, grand vainqueur de cette édition 2016 :

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz