Élections du MEDEF : Jean-Claude Volot expose son programme pour les entreprises

Jean-Claude Volot, candidat à la présidence du MEDEF

C’est confirmé depuis tout juste une semaine, Laurence Parisot ne pourra pas se représenter à la tête du Medef. Pour la remplacer, sept candidats sont en lice. Widoobiz vous propose de suivre ces élections et ça commence tout de suite dans votre émission.

Notre invité du jour, vous le connaissez très probablement : ancien médiateur national des relations inter-entreprises, ancien président de l’APCE, il a repris et fusionné 24 entreprises et dirige le groupe Dédienne. Jean-Claude Volot est donc aujourd’hui avec nous pour 30 min afin de présenter son projet pour vous, les entrepreneurs.

Jean Claude Volot souhaite s’inscrire dans la rupture avec le mandat de Laurence Parisot

Lorsqu’on demande à Jean-Claude Volot s’il s’inscrira dans la continuité ou la rupture, il est clair : « ce sera la rupture ». S’il trouve à Laurence Parisot bien des qualités avec une présidence marquée selon lui par une bouffée d’air à ses débuts. , il regrette que « les questions et propositions liées au développement des entreprises aient été négligées » pendant sa présidence.

Sur le dernier succès marquant de Laurence Parisot, la signature de l’accord sur la compétitivité et l’emploi, il inscrit sur le bulletin de notes : « 8/20 peut mieux faire ». Avec un Jean-Claude Volot président du Medef, il imagine pouvoir trouver des accords avec les syndicats non-signataires tels que FO ou la CGT. Un accord qu’il qualifie tout de même de bon début.

Selon lui, l’image des entrepreneurs s’est dégradée ces huit dernières années. « En Allemagne, les entrepreneurs sont des héros, aux États-Unis ce sont des stars, en France, ce sont des voyous », résume-t-il.

Jean-Claude Volot : « il ne faut pas aider les entreprises ».

« Aider les entreprises fait qu’elles se sont mises au fil du temps en position de demandeuses. Les entreprises qui réussissent ne demandent rien » rappelle-t-il. Un avis qui va dans le sens de son avis sur la Banque Publique d’Investissement : « un bastringue »!

Son projet pour les entreprises, il le résume en trois points : le développement des entreprises, via le conseil et l’analyse stratégique ; le changement de la nature de la relation dans les entreprises ; la fiscalité attachée aux chefs d’entreprises.

Vers une équipe collégiale à la tête du Medef : Volot, Gattaz, Roux de Bezieux, Lanxade.

Dans l’intérêt des entreprises de France, il souhaite que les sept candidats déclarés à présidence du Medef s’engagent à se réunir à la fin de la campagne. Il remarque tout de même que Pierre Gattaz, Geoffroy Roux de Bézieux et Thibault Lanxade, veulent vraiment une équipe à la tête du Medef, avec des vices-présidents, supprimés sous le mandat de Laurence Parisot.

Découvrez l’ensemble de ses proposions dans le podcast de l’émission.

 

 

Thomas Benzazon

Thomas Benzazon

Animateur

Co-fondateur de Widoobiz et journaliste en charge des Programmes et de la rédaction, Thomas Benzazon reçoit entrepreneurs et acteurs du monde économique pour traiter des sujets d'actualité ou pour obtenir les confidences des chefs d'entreprise qu'il rencontre.

1 Commentaire
  1. Merci pour cette intervention éclairée. Je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait qu’il est important de s’intéresser au moyens de se développer. Et pas seulement financier. Dans l’aide aux entreprises, il faut aider par des compétences. Comme monsieur Volot, je suis technicien (de mon premier métier) et je suis pour la résolution de problème plutôt que de lui tourner le dos.
    J’ai développer des services destinées au PME pour travailler les stratégies à leur échelle.
    Un grand merci donc. Nous allons dans le même sens.
    Cordialement

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux