Gattaz / Le Foll : Denis Payre et Jean-Claude Volot répondent au ministre

 stephane-le-foll

Jean-Claude Volot et Denis Payre répondent à Stéphane Le Foll après sa déclaration sur l’actuel Président du Medef, Pierre Gattaz qui ne serait pas « pas au niveau » de sa « responsabilité ».

« C’est ridicule, c’est minable ». Aux yeux de Jean-Claude Volot, entrepreneur et ancien responsable des questions d’exportation au Medef, la sortie de Stéphane le Foll hier matin sur Europe 1 n’est pas l’intervention la plus glorieuse du porte-parole du gouvernement. « Dire des choses pareilles, c’est avouer son infériorité », explique celui qui a été candidat à la présidence de la plus puissante organisation patronale de France.

Denis Payre, entrepreneur et fondateur du mouvement politique Nous Citoyens, prévient : « je ne suis pas un défenseur du Medef ». Mais la sortie médiatique équivaut à « une tentative maladroite de déstabiliser le Medef et son Président ». D’autant plus que « sur tous les sujets économiques Pierre Gattaz est plus crédible que ses interlocuteurs – de gauche comme de droite – qui ne connaissent rien à l’entreprise ».

« Incapables de faire la part des choses entre le corporatisme et l’intérêt général »

Et puis, le fondateur de Business Object rappelle « que la seule expérience professionnelle de Stéphane Le Foll c’est d’avoir été un permanent socialiste. Pierre Gattaz, lui, a vécu d’autres choses avant de prendre la présidence du Medef ». Jean-Claude Volot ajoute : « il a tout de même fait plus de deux millions de fiches de paie mensuelles ». Un chiffre significatif de « son niveau », aux yeux du chef d’entreprise.

Plus grave, Denis Payre « estime qu’ils [les politiques] sont incapables de faire la part des choses entre le corporatisme et l’intérêt général, du fait de leur incompréhension de l’économie ». Résultat, « Ils se réfugient dans des discours maladroits en tentant de déstabiliser l’adversaire ».

« Ce ne sont que des petits tacticiens »

Jean-Claude Volot comprend néanmoins « l’énervement » du gouvernement. « C’est lui [Pierre Gattaz] qui lance les sujets. Il parle des assises de la fiscalité ? Hollande se place après ; Gattaz parle du pacte de confiance ? Hollande vient après parler du pacte de responsabilité ». À ses yeux, le gouvernement a toujours un temps de retard : «  Gattaz, c’est un ingénieur qui a une stratégie, alors qu’en face ce ne sont que des petits tacticiens ».

Jeudi matin, Stéphane Le Foll avait dit sur l’antenne d’Europe 1 en parlant de Pierre Gattaz qui menaçait de boycotter la conférence sociale: « les syndicats ont été jusqu’ici des partenaires qui assument une responsabilité en défendant les intérêts des salariés. Il se trouve que de l’autre côté, du côté du patronat, on a certes un défenseur des intérêts des entreprises, mais qui n’a pas le niveau de la responsabilité pourtant nécessaire aujourd’hui pour notre pays ».

 Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

2 Commentaires
  1. Plus ils sont mauvais, ces socialistes, plus ils veulent nous donner des leçons. Incapables de savoir ce qui se passe dans une entreprise. Conclusion ils coulent le navire France, au début lentement mais depuis un certain temps ça tangue de plus en plus.

  2. Bonjour,

    Je ne veux pas entrer dans cette polémique mais je trouve que le ton de votre déclaration publique ne mérite pas mon soutient.

    Je ne suis pas socialiste et je désapprouve toutes les attaques personnelles publiques dans le cadre de leur fonction. C’est le porte parole du gouvernement qui s’exprime et qui représentes les choix médiatiques et stratégiques du gouvernement.

    Nous pouvons est très dure sur les institutions ou un programme politique mais les attaques systématiques des personnes de chaque cote développe un climat délétère.

    Faire de la politique à ce niveau entache grandement la légitimité de votre parti Nous-Citoyen qui se retrouve noyer dans ce climat médiatique défavorable à des réformes qui demanderont un grand consensus de nos concitoyens de droite comme de gauche.

    Cordialement

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux