Bac de philo : le point de vue d’un économiste

Au lendemain de l’épreuve de philosophie du Baccalauréat, Jean-Marc Daniel donne sa vision d’économiste au micro de BFM.

philosophie, baccalauréat,

« Que gagne-t-on en travaillant ? » et « travailler, est-ce seulement être utile ? ». Deux sujets de philosophie à fortes consonances économiques et sociales. Les bacheliers ont dû être ravi. Mais que dirait un économiste ? Car, si la philosophie politique existe depuis la nuit des temps, la pensée économique a également eu le temps de disserter sur le sujet.

Ne serait-ce que par le principe d’hédonisme formulé par Adam Smith que Jean-Marc Daniel résume par « obtenir le maximum en fournissant le minimum »  rappelle Jean-Marc Daniel, professeur à l’ESCP. Un axiome qui marche pour tout le monde, selon le professeur. Eh oui, que ce soit le patron ou le salarié, « personne ne travaille pour le plaisir ».

 Gagner  « l’estime des dieux »

« Le travail peut vous amener des revenus mais également des revenus différés » comme les retraites explique Jean-Marc Daniel. Et quand on accumule assez de capital, cela peut vous amener à vous offrir un terrain. Mais attention, pas pour être rentier. Le droit de propriété est fondé sur le travail, dans la philosophie économique des libéraux. Autrement dit, pas de « droit de propriété » si c’est pour laisser le terrain en jachère. Ça marche aussi pour les sites industriels.

Ce qui amène au deuxième sujet : l’utilité. Un concept qui, encore aujourd’hui, a du mal à être cerné et qui évolue au fil du temps. À l’époque de la Grèce antique, « quand on travaille, on gagne l’estime des Dieux » estime Hésiode, poète du 8ème siècle avant Jésus-Christ. Argument qui, il est vrai, a perdu de son charme au 21ème siècle.

« Le travail, c’est un mode de partage de la vie »

Pour Saint Paul, véritable théoricien du christianisme, le travail est essentiel « car celui qui ne travaille pas, ne mange pas ». Jean-Marc Daniel rappelle d’ailleurs que « le travail, c’est le moyen d’accéder à la communauté des chrétiens qu’est la table.

Mais est-ce toujours pertinent aujourd’hui, à l’heure de la société déchristianisée et de la surproduction structurelle ?  Oui, selon le professeur, mais pas pour les mêmes finalités. Aujourd’hui, le travail est « un moyen d’assurer un statut social ». L’Homme est un animal social. Or « le travail, c’est un mode de partage de la vie ».

Des paroles que ne contrediraient pas, encore une fois, l’entrepreneur qui est en chacun de nous.

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux