Entrepreneurs demain : l’association qui va sensibiliser tous les jeunes de France à l’entrepreneuriat

Les principales associations se sont réunies au sein du mouvement « Entrepreneurs demain » afin d’initier le plus grand nombre de jeunes Français à la création d’entreprises.

entreprendre demain
Entrepreneurs demain va enrichir l’action d’éducation

« Les choses sont en train de changer profondément ». Quand il intervient à l’occasion du colloque national de Jeunesse et Entreprises le 18 octobre, Philippe Hayat insiste sur le fait que le mouvement « Entrepreneurs demain » n’est pas une énième structure de sensibilisation à l’entrepreneuriat. Au contraire, elle va regrouper les principales associations de sensibilisation (Agefa PME et la fondation Entreprendre).

Concrètement, le mouvement « entrepreneurs demain » veut construire une offre cohérente, structurée et lisible d’outils de sensibilisation à l’entrepreneuriat pour les jeunes Français qui vont de la 6e au BAC + 8. En clair, « sensibiliser un public de 9 millions de jeunes », répète le dirigeant.

Découvrir le monde de l’entreprise

Et pour cela, il fallait que toutes les grandes institutions se rassemblent pour atteindre cet objectif commun. « Nous avons besoin que tout le monde s’implique », explique d’ailleurs le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, présent pour l’occasion. À fond derrière cette initiative, le ministre se dit d’ailleurs persuadé que la France est « capable de faire un pas vers l’avenir » sur ce sujet.

Conscient néanmoins de la faiblesse de la France sur ces aspects, Vincent Peillon veut que ces initiatives soient pour tout le monde et non pas uniquement pour les filières professionnelles. En contrepartie, « l’éducation nationale demande à ce que les portes du monde professionnel s’ouvrent à eux », explique le ministre. Autrement dit, à ce que davantage de jeunes puissent découvrir, d’une manière ou d’une autre, le monde de l’entreprise.

Enrichir l’acte d’éducation

Ce qui ramène aux problématiques de formations professionnelles, pas ou peu adaptés aux besoins des entreprises. Pour y remédier, « il faut avoir une anticipation ensemble », propose Vincent Peillon. Autrement dit, que les entreprises donnent à l’avance les compétences dont ils vont avoir besoin pour se développer.

À ses yeux le mouvement « Entrepreneurs demain » va permettre « d’enrichir l’acte d’éducation». L’éducation nationale en a besoin. « C’est un modèle que nous devons décloisonner partout », avance même le ministre. Quoi qu’il en soit, « c’est une bonne occasion pour l’école de se transformer ». De ce point de vue, les entrepreneurs de France ne diront pas le contraire.

 Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Tancrède Blondé

Journaliste

Responsable de l’actualité écrite, Tancrède Blondé couvre l’actualité des entreprises et des entrepreneurs. Féru d'Histoire et de Politique, il se sert de sa passion et de ses connaissances profondes afin d'évoquer régulièrement la vie des entrepreneurs sous un angle plus insolite. Il anime également l’émission « Les entrepreneurs du monde ». En 18 minutes, il invite les auditeurs à découvrir un pays à travers les yeux d’un entrepreneur francophone ou expatrié.

2 Commentaires
  1. C’est une bonne démarche à la base, mais elle n’est pas forcément compatible avec les nombreuses réformes qui touchent actuellement les différents statuts d’entrepreneurs.

    Vouloir encourager la création c’est bien, mais maintenir l’existant me semble d’autant plus prioritaire.

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux