Les faux commentaires hantent les sites internet

Voyage, restaurant, hôtel, e-société. Tous les services sont passés au crible par les internautes. Malheureusement, cette pratique n’est pas sans dangers. Beaucoup se servent de la manipe afin de se pousser au sommet ou de noyer le concurrent, quitte à s’éloigner promptement de la réalité.

faux-commentaires-internetL’autopromotion cachée derrière un client. Voilà la nouvelle pratique de certaines entreprises plus que malhonnête. Une guerre sans merci à la recherche de l’argent des touristes et locaux. Mais cette mode, qui était à la base un simple repère pour les consommateurs, devient aujourd’hui la cible de la justice.

Récemment, l’anglais Oscar Parrot, s’est fait passer pour un restaurateur sur le site « TripAdvisor », très connu pour référencer les bons plans. En peu de temps, son faux-restaurant espagnol est monté à la 29e place du classement (sur 64) avec seulement ses propres remarques. Les curieux, aux ventres vides, se sont retrouvés, une fois sur place, face à une allée de poubelle. Une expérience qui prouve que le système a de nombreuse failles.

Coupable

Dans le viseur de la justice, les « propriétaires des services », entendez par là les patrons de restaurants, les gérants d’hôtels ou encore les dirigeants de grande société. Leur but est d’un côté de promouvoir leur activité et de se crédibiliser face aux consommateurs, pour mieux les attirer bien évidemment. Mais, ils se doivent aussi d’assurer leur rang et de ce fait, ne pas hésiter à fusiller un autre établissement.

Une guerre des commentaires qui agit directement sur les consommateurs. Perdus au milieu d’un bain de critiques, les internautes ne font plus confiance sachant que 70 % d’entre eux se fient seulement aux commentaires.

Que justice soit faite

La justice française est intervenue sur ce champ de bataille pour calmer les ardeurs de chacun. Début juillet, une norme Afnor a été mise en place, même si celle-ci prendra définitivement sa place dans quelque mois.

Le label Afnor est conditionné pour certifier les commentaires postés sur un site internet. En outre, les consommateurs devront apporter des certifications, du type facture ou photographie. Ils seront également identifiables par une adresse électronique ou un téléphone portable.

Ainsi, les sites concernés et les internautes pourront juger de l’authenticité des remarques par eux-mêmes. Les mauvais plans existeront toujours mais au moins ils ne seront plus cachés derrière cinq étoiles.

 Noëmie Beillon

1 Commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux