Présidentielle / 1er tour : le point de vue de l’entrepreneur de l’année 2011

A l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle, nous avons demandé l’avis à François Bieber, PDG de Net Affiliation et entrepreneur de l’année 2011, sur les résultats de 5 candidats.

Concernant le score de Nicolas Sarkozy (27,18%)

Il me semble, quelle que soit mon opinion politique, que Nicolas Sarkozy a cristallisé les frustrations liées à la crise économique. Face à un environnement économique fortement dégradé suite à la crise de 2008, les Français lui font le reproche de la situation actuelle.

Est-ce justifié, fondé ? C’est en tout cas l’injustice de la vie politique.

 

 

Si l’on analyse son mandat, on peut finalement en déduire qu’il a déçu :

– en 2007, il a été élu sur une dynamique du changement de la société

– bien qu’il ait réalisé certaines réformes, il n’a finalement pas su répondre à cette aspiration au changement qui l’avait fait élire.

De ce point de vue, il paie le prix (comme tous les autres politiques depuis plusieurs décennies) du manque de vision pour la France. Le « modèle social Français » a été établi à l’issue de la seconde guerre mondiale, pendant les 30 glorieuses. Dans les 10 dernières années, la réalité économique a fortement évoluée (mondialisation, accélération des échanges, internet, …) et le fonctionnement de la société Française doit être profondément revu pour s’adapter à l’environnement.

Nicolas Sarkozy, comme la plupart des autres politiques (centre et gauche) sont incapables d’exprimer cela aux Français et de réaliser ces évolutions. De ce fait, ils ouvrent la porte aux extrêmes.

Concernant le score de François Hollande (28,53%)

On peut considérer que face à un Nicolas Sarkozy dont la campagne a été moyenne, François Hollande a plutôt fait une bonne campagne, ou du moins, il a limité la casse.

Maintenant, il semble plus que le vote Hollande s’apparente plus à un vote de rejet de Sarkozy qu’à un vote d’adhésion… De ce fait une menace plane sur les législatives. Nous pourrions avoir à une cohabitation, avec un président de gauche, sans majorité à l’assemblée.

Si François Hollande est élu, la question de l’application de son programme se posera :

– soit il applique son programme et il aura au maximum 6 mois de sursis avant de revenir en arrière sous la pression des marchés et la dégradation de la France.

– soit il n’applique pas son programme (il ne s’agit que de promesses électorales, qui sont faites pour ne pas être tenues) et il applique la politique économique nécessaire compte tenu de la situation.

Dans ce cas, la gauche est peut-être finalement la mieux placée pour pouvoir réaliser une politique de droite, sans trop de conflits dans le pays !

Concernant le Score de Marine Le Pen (17,90%)

Pour moi, il doit être mis en perspective :

– la crise de 29 a porté au pouvoir Hitler, démocratiquement élu ! La crise que nous avons vécue constitue toujours un terreau fertile pour les extrêmes. Il ne faut donc pas oublier l’histoire, et se rappeler que la construction de l’Europe a été enclenchée après la 2ème guerre mondiale, pour que cela ne se reproduise plus !

– il reflète « le repositionnement du discours » du FN. Marine Le Pen a la volonté d’en faire un parti bien ancré à droite, anti-élite, nationaliste, et de gommer l’image d’extrême droite véhiculée par son père (anti-sémitisme, racisme, …). De ce fait, le FN devient plus acceptable et peut donc recueillir plus de voix.

– c’est enfin l’échec de la gauche et de la droite, qui ont creusé les déficits, qui ont été incapable de mener les réformes dont la France a besoin.

Au bout d’un certain temps, le discours du FN, associé à son repositionnement, fini par rencontrer un écho favorable chez presque 20% des Français.

Concernant le Score de François Bayrou (9,13%)

Paradoxalement, son programme était assez attractif, mais son score marque la pénalisation de son positionnement politique sur l’échiquier. La victoire de Marine Le Pen est également la défaite de François Bayrou.
 

 

 

 

Concernant le Score de Mélenchon (11,11%)

Ce point est insuffisamment mis en avant : l’extrême gauche a finalement fait plus de 10%. Si l’on analyse le contenu des programmes, l’extrême gauche est au moins aussi dangereuse que l’extrême droite… pourtant elle ne bénéficie pas de la même opprobre médiatique ou politique !

Sous prétexte de combattre le FN, Mélenchon s’est placé sur le même terrain politique que le FN : populisme, invective, désignation de boucs émissaires, …

Finalement, cette approche de la politique est dangereuse pour la démocratie, qu’elle soit d’extrême droite ou d’extrême gauche.

 

 

Mustafa Curlu

Mustafa Curlu

Rédacteur

Responsable éditorial de Widoobiz, Mustafa Curlu s’intéresse à tous les sujets de l’entrepreneuriat. De la politique à l’économie en passant par l’innovation ou encore la vie d’entreprise, il vous propose un regard d’entrepreneur.

Pas encore de commentaire

Répondre

Votre email ne sera pas visible.

Vous aimez le média des Entrepreneurs & Startups ?

Sélectionnez une ou plusieurs listes :

et restez connecté en nous suivant sur les réseaux sociaux