Au cours de la journée « J’aime ma boîte », près de 3 Français sur 4 ont affirmé aimer leur entreprise.

j aime ma boite sophie de menthon évènement
Les Français aiment leur boîte

Oui, les Français aiment leur entreprise. À l’occasion de la Journée « J’aime ma boîte », opération organisée par le mouvement patronal Ethic, présidé par Sophie de Menthon, salariés et patrons de l’entreprise ont pu se rassembler afin de partager un moment de détente. L’occasion idéale pour briser la glace de la hiérarchie.

Une opération qui marche tellement bien depuis 10 ans qu’elle a été dupliquée pour la première fois en Europe. Impulsée par Henri Malosse, Président du Conseil Economique et social Européen, la « European Companie’s Day » va célébrer les sociétés du continent et permettre « d’organiser des jumelages d’entreprises avec la volonté de développer par la suite des coopérations concrètes ».

Le gouvernement, pas proche des entreprises

Ce qui n’est pas assez le cas aux yeux des Français. En effet, dans un sondage réalisé pour l’occasion, 85% des Français interrogés affirment qu’il « faudrait valoriser davantage les entreprises ». Plus étonnant encore, malgré le contexte de crise, 73% des Français déclarent aimer leur entreprise, soit 6 points de plus par rapport à l’année dernière. Que ce soit pour l’intérêt du travail, l’ambiance et les relations sociales, les Français aiment tout ce qu’elle peut leur donner.

Sur la politique de François Hollande, près de 7 Français sur 10 pensent que le gouvernement n’est pas proche des entreprises. Bien entendu, 42% estiment que la pression du contexte internationale ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre à la France. Il n’empêche, un tiers des personnes interrogées ne voient pas spontanément d’évolutions grâce à la politique économique engagée.

Et l’action des entrepreneurs ?

Et pourquoi la boîte fonctionnerait-elle alors ? Rien à voir avec l’action des entrepreneurs. Pour un peu plus d’un tiers des personnes interrogées, une boîte marche uniquement parce que son secteur est porteur. 28% le met au crédit des équipes ou, mieux, à soi-même. Seuls 14% des Français prennent en compte l’action du manager ou du patron.

Comme disait si justement Alexandre Dumas : « il y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude ». Pas sûr que les Français soient les seuls dans ce cas.

 Tancrède Blondé