L’absentéisme coûte cher aux entreprises

L’absentéisme coûte cher aux entreprises

Publié le 3 septembre 2014

 
argent-bombe
L’absentéisme a coûté 9 milliards d’euros aux entreprises françaises. Pourtant, les salariés ont été moins souvent absents par rapport à l’année précédente.
Quand l’absentéisme plombe la compétitivité de l’entreprise. D’après la sixième édition du baromètre de l’absentéisme du cabinet Alma Consulting Group, les salariés français du privé ont manqué 15,6 jours en 2013. Et pourtant, la tendance s’améliore par rapport à 2012 où les employés ont manqué 16,6 jours. Au final, le taux national d’absentéisme de la France monte de 4,26 % en 2013.
Le nombre de maladies, professionnelles ou non, de problèmes de trajet ou d’accidents du travail reste malgré tout « à un niveau très élevé par rapport à l’historique », constate Yannick Jarlaud, directeur du département RH chez Alma Consulting Group. En effet, il rappelle que le taux d’absentéisme était de 3,84 % en 2011.

Bonnet d’âne pour le secteur du transport

Sans compter que cette légère baisse n’a pas entraîné une réduction des coûts pour les entreprises françaises. Au contraire, ils ont dépensé 8,83 milliards d’euros en 2013, contre 6,98 milliards en 2012, soit une augmentation de 21 % en une seule année. Et ce pour une raison simple, les dirigeants et entrepreneurs ont plus souvent remplacé les salariés en 2013 que l’année précédente. Résultat, cela se ressent au niveau des charges.
À ce jeu de l’absentéisme, les plus mauvais élèves sont ceux qui évoluent dans le secteur des transports avec un taux d’absentéisme de 6,76 %, soit 24,7 jours dans l’année. « Un quart de l’absentéisme dans ce secteur est lié aux accidents du travail », assure Yannick Jarlaud. « Il y a un gros travail de prévention à faire », ajoute-t-il d’ailleurs.

L’effet du soleil ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les salariés du bâtiment (2,95 %) et de l’industrie (3,43 %) qui gagnent la médaille d’or de l’assiduité. Ces secteurs « ont une politique de santé au travail plus mature et en tirent les fruits », justifie l’expert d’Alma Consulting Group.
Même si l’Ile-de-France et le Nord affichent un taux d’absentéisme très fort, c’est en Méditerranée (6,44 %) et en Rhône-Alpes que les absences sont les plus fréquentes. Peut-être l’effet du soleil…

Tancrède Blondé

0 commentaires

Laisser un commentaire