Les investisseurs continuent de se passionner pour les FinTech avec Earnest. La startup offre des prêts plus avantageux aux étudiants grâce au Big Data.   

La FinTech affole le petit monde des investisseurs. Un peu plus de deux ans après sa fondation, Earnest vient de lever 275 millions de dollars auprès d’un groupement d’un service d’assurances, dont 75 millions en capital. Le reste a été réalisé en dette. Une somme qui va lui permettre de développer sa plateforme logicielle d’analyses de données et de recruter 200 personnes d’ici la fin de l’année 2016. À la fin de cette période, Earnest compte devenir un leader mondial sur le marché des services financiers.

Fondé en 2013 par une équipe d’informaticiens, de designers et d’informaticiens, Earnest propose aux étudiants de racheter et de regrouper les prêts étudiants. Pour donner la meilleure offre possible aux jeunes, la startup mise sur sa capacité à cerner au plus près leur capacité de remboursement. Elle cherche à dépasser le « Credit Score » sur lequel s’appuie le système américain pour accorder des prêts, mais aussi donner des cartes bleues.

[Tweet « Earnest, la startup qui réduit la charge des prêts étudiants »]

11 milliards de dollars d’investissement sur les FinTechs

Earnest ajoute d’autres paramètres dans son calcul, comme la carrière professionnelle, les dettes, la formation et les revenus, passés ou potentiels. Autre avantage, les étudiants ont la possibilité de modifier à tout moment le montant de leurs mensualités. Bien sûr, l’étudiant doit rester dans les limites fixées par son contrat. La startup propose même le basculement sans frais entre taux fixes et taux variables.

Mieux, les étudiants peuvent également effectuer des paiements bihebdomadaires afin de diminuer la somme des intérêts à verser sur le prêt. D’autant plus intéressant que les étudiants américains ont sur les épaules plus de 1000 milliards de dollars à rembourser. À noter qu’ils se doivent de rembourser le prêt avant l’entrée dans la vie active. Aujourd’hui, Earnest propose des taux fixes à minimum 3,5% et des taux variables à 1,9%.

Cette somme prouve que la FinTech a le vent en poupe. Selon CB Insights, les investissements sur ces startups ont doublé par rapport à 2014 pour atteindre 11 milliards de dollars. On voit mal comment cela pourrait s’arrêter.

@Tancrede Blondé