Briseur de muraille de Chine, apporteur de solutions et démultiplicateur de chiffre d’affaires, voilà comment Stéphane Rouquette décrit son entreprise, Azoya, qui ouvre les portes du marché chinois aux e-commerçants. 

Concrètement, Azoya accompagne les e-commerçants à se développer sur le territoire chinois. La startup vous aide à traduire votre site internet, à adapter votre politique de Service Après Vente. Elle vous soutient également sur toutes les problématiques de colisage et de marketing online et offline. « Tout ça c’est gratuit », explique t-il. De quoi laisser songeur. En réalité, l’entreprise fonctionne aux success fees. En somme, si les résultats ne sont pas au rendez-vous, vous ne payez pas.

« Une vraie barrière culturelle avec le marché chinois »

La conquête du marché chinois ne s’improvise pas. La barrière culturelle est réelle et quand on a pas compris cela, il est difficile d’y percer. « Ils ont leurs propres réseaux sociaux, d’autres utilisations de ceux-ci et d’autres modes de consommation ». Bref, il faut être accompagné.