2015, un bon cru pour l’immobilier… et 2016 ?

2015, un bon cru pour l’immobilier… et 2016 ?

Les transactions repartant à la hausse, les professionnels du secteur ont renoué avec l’optimisme et misent sur une nouvelle année placée sous de bons auspices… A condition que les taux d’intérêt ne repartent pas à la hausse.

Après une année 2014 compliquée, l’immobilier a retrouvé le chemin de la croissance en 2015 : trois des grands réseaux nationaux Century 21, Laforêt et Guy Hoquet ont respectivement enregistré une hausse du nombre de transactions de l’ordre de 16,2 %, 12 % et 11,5 % au cours des douze derniers mois. Une embellie qui pourrait se poursuivre en 2016 : deux professionnels sur trois se déclarent optimistes pour cette nouvelle année, selon un sondage CSA/Crédit Foncier publié le 4 janvier.

Une conjoncture propice

L’augmentation du nombre de transactions a été fortement soutenue par un climat favorable à l’accès à la propriété : les taux d’intérêt sont restés à un niveau relativement bas, autour de 2,2 % environ, les prix ont demeuré quasi stables et des mesures comme le prêt à taux zéro (PTZ) et le crédit d’impôt transition énergétique ont fait leur apparition.

« C’est le moment ou jamais d’acheter : les prix sont attractifs et les banques jouent le jeu, ce qui a motivé les primo-accédants à se lancer. Ils constituent d’ailleurs une part importante de notre clientèle aujourd’hui », explique Peter Laurier, franchisé Era Immobilier à Calais. Pour faire face à cette hausse de l’activité, ce franchisé a même dû doubler ses effectifs, passant de 4 employés temps plein au lancement de l’agence en 2013 à 12 aujourd’hui, dont 9 négociateurs.

Des disparités régionales

La région parisienne et Paris, en particulier, sortent du lot, avec des ventes boostées par un recul du prix au mètre carré : -2,2 % intra-muros et -2,8 % de façon générale en Ile-de-France, selon les observations de Century 21. Dans le reste de la France, le marché de l’immobilier est également…

Cliquez ici pour lire la suite de l’article sur les Echos de la franchise. 

0 commentaires

Laisser un commentaire