Les entreprises peinent à fidéliser leurs salariés. Pour cela, il n’y pas de secrets : il faut savoir leur proposer des offres qu’ils ne peuvent pas refuser. 

L’infidélité est à la mode. En amour comme en business, les gens ont tendance à aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Un mouvement qui ne ravit pas les entrepreneurs. Il est difficile de construire une société sans cadres. Problème, les entrepreneurs ne mettent pas toujours les chances de leurs côtés. Selon une étude de Robert Half, 69% des employés sont prêts à démissionner pour un meilleur salaire.

[Tweet « Dirigeants, il faut savoir acheter la fidélité de vos collaborateurs »]

Un paramètre que les dirigeants ont tendance à sous-estimer. Amoureux de leur boîte, ils pensent que « l’amour du travail » suffit. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Des collaborateurs  compétents sont soumis à un système de rémunération supérieure à la moyenne nationale. Des salaires également réévalués en fonction de ce qui est pratiqué par la concurrence.

Mettre en place un système de rémunération supérieure à la moyenne nationale

Pourquoi d’ailleurs ne pas envisager la mise en place d’une participation aux bénéfices ? La question se pose, surtout si vous évoluez dans un secteur d’activité innovant. Tout le monde n’est pas développeur informatique. « En offrant des perspectives et en proposant un package salarial attractif, une entreprise a toutes ses chances de conserver ses collaborateurs les plus performants », explique Olivier Gélis, DG de Robert Half France.

Mais, cela ne suffit pas. Les collaborateurs recherchent les sociétés qui offrent un équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Travailler 20 heures sur 24 ne peut être un style de vie. L’étude montre également que les salariés fidèles accordent de l’importance à la culture de l’entreprise (7%). Enfin, les meilleurs privilégient toujours les belles perspectives de carrière.

« Les entreprises doivent déployer de réelles stratégies afin de fidéliser leurs salariés. Cela passe par plusieurs actions à mettre en place et à appliquer au quotidien : saluer les mérites des collaborateurs, être à l’écoute de leurs idées ou encore privilégier l’avancement interne afin de conserver les forces vives », rappelle Olivier Gélis.

Autrement dit, être à l’écoute de l’autre. Le mythe de l’entrepreneur commandeur et enfermé dans sa tour d’ivoire a vécu. Il faut sortir de son cocon afin de garder les meilleurs auprès de soi. Un travail de tous les jours qu’il ne faut en aucun cas négliger. Surtout, si vous n’avez pas la trésorerie pour leur offrir un meilleur salaire.

#Replay : pour voir l’interview de notre Rédacteur en chef éphémère, Didier Rappaport, ancien de DailyMotion et fondateur de Happn, c’est par ici : 

@TancredeBlonde