Main Forte : l’entreprise qui n’hésite pas à embaucher des chômeurs

Au début des année 90, près de Lens, un groupe de Ch’tis décide de reprendre sa vie en main pour ne pas se noyer dans le chômage. Ensemble, ils monteront en 1995 Main Forte, une entreprise d’insertion par le transport routier. 23 ans plus tard, l’entreprise peut se targuer d’avoir offert une réinsertion professionnelle à plus de 1200 personnes.

Ne pas attendre d’être embauché pour travailler. À l’origine de Main Forte, un groupement de chômeurs du nord de la France qui se sont unis pour donner naissance à l’association Droit au Travail. Un moyen d’aider les « laissés-pour-compte », et de leur prêter une oreille attentive à un moment de leur vie où la société, les sociétés, ne les regardent plus.

Né, semble-t-il, avec la fibre entrepreneuriale, le fondateur de l’association décide par la suite, de créer une véritable structure d’entreprise de transports routiers, dans le but toujours, de générer des parcours d’insertion. Seules conditions pour se faire embaucher : avoir son permis B, et être au chômage.

« On recrute des profils éloignés de l’emploi, des personnes restées sur le bord de la route, qui font souvent peur aux recruteurs. »

Une action utile qui a depuis permis à plus de 1200 personnes de retirer l’étiquette « en marge de la société » pour trouver la voie de la réinsertion. « On recrute des profils éloignés de l’emploi, des personnes restées sur le bord de la route, qui font souvent peur aux recruteurs. On leur fait confiance et on les replace dans un vrai cadre professionnel », souligne Elisabeth Dargent, qui a rejoint Main Forte 11 ans plus tôt et désormais Directrice de l’entreprise.

Et la Directrice n’est pas dupe : les entreprises françaises n’aiment pas les chômeurs. « Il arrive que l’on recrute une personne, qu’on la forme, et qu’un jour, elle nous quitte précipitamment pour un contrat ailleurs. Le fait d’avoir été embauché rassure les employeurs. C’est plus séduisant. Mais, si on veut lutter contre le chômage, il faut être plus ouverts, prendre plus de risque ».

Un Engagement sociétal récompensé

Pour récompenser la démarche de Main Forte, le cabinet EY lui a d’ailleurs remis en 2017 le Prix de l’Engagement Sociétal pour la Région Nord-de-France à l’occasion de son désormais célèbre Prix de l’Entrepreneur de l’Année. « J’ai eu de nombreuses réactions positives suite au Prix. Cela m’a également permis de rencontrer d’autres entrepreneurs de la région pour développer notre réseau. C’était une belle aventure », se souvient Elisabeth Dargent.

Avec plus d’une centaine de d’insertions par an, Main Forte compte bien poursuivre sur cette lancée en ouvrant de nouveaux sites sur d’autres territoires. « C’est l’avenir. Je reste persuadée que la responsabilité sociale des entreprises va se développer », conclut-elle.

PARTAGER (33)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

2 Commentaires
  1. […] Main Forte : l’entreprise qui n’hésite pas à embaucher des chômeurs Greenburo, entreprise de réinsertion professionnelle, mais pas que… Et si les jeunes issus des quartiers jugés « sensibles » investissaient l’écosystème […]

  2. […] Main Forte : l’entreprise qui n’hésite pas à embaucher des chômeurs […]

Laisse ton commentaire