Rentrée 2018 : objectif détox digitale !

Le travail a repris, les projets affluent et les mails pleuvent. Il est loin le temps du mode avion et des notifications enterrées sous le sable fin. Pourtant, ce n’est pas le moment de reprendre de mauvaises habitudes. Même dans un cadre professionnel, il est important de s’accorder des moments de déconnexion.

 

La clé de la tranquillité ? Rester maître de la technologie. Un rappel indispensable quand on sait que plus de 62 % des Français continuent de répondre à leurs appels ou leurs mails professionnels en dehors de leur temps de travail*. Il n’appartient qu’à vous de décider où, quand, comment et pour combien de temps vous êtes connecté.

Pour le Pr. Dr. Théo Compernolle, neuropsychiatre et auteur de Comment libérer votre cerveau ?, « c’est même crucial ». Il est tentant de regarder ses mails une fois rentré le soir, surtout quand le projet sur lequel vous travaillez vous semble primordial, mais cela ne vous rendra pas plus efficace.

La plupart des chefs d’entreprise l’affirment : quand on commence un business, tout s’érige en urgence. Cette sensation peut engendrer un état de stress permanent qui, au-delà de ne pas rendre plus productif, augmente la fatigue et l’anxiété. S’investir, c’est bien ; savoir donner le meilleur de soi-même à la fois au boulot et en famille, c’est mieux.

Complicité

Les développeurs d’appli orchestrent-ils l’addiction technologique ?

Certains comportements des géants de la tech devraient nous mettre la puce à l’oreille… Selon le Pr. Dr. Théo Compernolle, « la prise de conscience a eu lieu au moment où les travailleurs de la Silicon Valley ont eu des enfants qui sont devenus addicts eux-mêmes ». On connaît l’exemple de Bill Gates qui interdisait à sa progéniture de se servir des portables et autres tablettes pendant les repas et la nuit. Faut-il pour autant totalement en bannir l’usage ? Le neuropsychiatre modère : « le problème n’est pas ce que les jeunes font avec la technologie, mais c’est ce qu’ils ne font plus à cause de celle-ci ».

Selon les recherches qu’il a effectuées, « les applications sont conçues pour nous rendre ‘accros’ à leur utilisation et les développeurs connaissent les rouages du cerveau humain ». Le paradoxe atteint son paroxysme avec les applications telles que Quality Time permettant de savoir quel jeu, réseau social ou autre fonctionnalité a été consulté et pendant combien de temps, ou encore celles qui bloquent carrément le téléphone pendant une période donnée comme Focus Lock.

Concrètement, le neuropsychiatre estime qu’il est temps de rétablir le libre arbitre de chacun sans pour autant bannir totalement l’utilisation de la technologie.

Même les géants du Web s’y mettent : la dernière mise à jour d’iOS calcule la répartition du temps total passé dans chaque app’. FaceBook propose d’envoyer un rappel à ses utilisateurs s’ils restent trop longtemps sur la plateforme. En bref, même votre smartphone vous incite à déconnecter !

Trois conseils pour une data détox douce mais efficace

  • Désactivez les notifications des réseaux sociaux pour éviter les éternelles vibrations relatives à l’organisation de votre apéro de jeudi.
    Si quelqu’un doit vous joindre impérativement, il vous appellera.
  • Accordez-vous des pauses : courtes mais efficaces, elles évitent de switcher incessamment entre les tâches et de se déconcentrer trop vite.
  • Détendez-vous. Les urgences sont celles que vous vous imposez. Sachez hiérarchiser, prioriser et vous focaliser en toute rationalité.

*D’après une étude de Qapa.fr, agence d’intérim digitale

Nelly Pailleux

À lire aussi : 

Vacances déconnectées pour entrepreneurs débordés #2

Le véritable secret de la productivité ? Repos, repos, repos !

Burn-out, bore-out, brown-out … quand le travail se fait souffrance

PARTAGER (8)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

2 Commentaires
  1. […] Rentrée 2018 : objectif détox digitale ! […]

  2. […] Rentrée 2018 : objectif détox digitale ! […]

Laisse ton commentaire