Aude de Thuin, la Wonder Woman de l’entrepreneuriat

Avec Aude de Thuin, le monde de l’entreprise a sa Wonder Woman ! Son leitmotiv ? L’inclusion des femmes dans l’écosystème entrepreneurial sans discrimination de sexe. Et jusqu’à présent, celle qui lance le forum Women in Africa réussit son pari.

Son engagement pour les femmes et leur valorisation dans l’écosystème entrepreneurial n’a jamais été démenti. Après avoir créé La semaine du marketing direct en 1981, puis les salons L’Art du jardin et Créations et savoir-faire dans les années 90, Aude de Thuin consacre une bonne partie de sa carrière à la reconnaissance des femmes dans le monde de l’entreprise.

C’est elle qui initie le Women’s Forum for the Economy and Society suite à la déception de ne pouvoir assister au Forum de Davos. Ce rassemblement professionnel – depuis tombé dans l’escarcelle de Publicis – réunit environ 1400 délégations de femmes d’influence, issues de 80 pays à Deauville une fois par an.

Une entrepreneure multirécidiviste !

Défendre la cause des femmes dans le monde n’est pas son seul cheval de bataille. Avec le forum Osons la France, elle met en lumière les talents de la société civile française dans tous les domaines, de la science aux arts.

Son dernier projet ne manque lui aussi pas d’ambition. Aude de Thuin a été sollicitée pour lancer le Women in Africa, un sommet annuel mondial pour l’inclusion des femmes sur le continent africain en les connectant avec les leaders internationaux. Sa 2édition se tient les 27 et 28 septembre 2018 à Marrakech.

Femme d’intuition et d’énergie, Aude de Thuin refuse d’être qualifiée d’hyperactive. En revanche, elle se reconnaît volontiers comme « entrepreneure récidiviste ou serial-entrepreneure ».

Pour faire carrière, l’itinéraire est celui du R.E.R. : Réussir, Échouer, Rebondir

Mais celle à qui tout semble sourire signe une carrière faite de hauts… et de bas. Un parcours qu’elle résume avec le terme R.E.R. : Réussir, Échouer, Rebondir, et qui n’est en effet par exempt de ratés. Aude de Thuin a déposé trois bilans en 2015 et raconte son échec dans l’un de ses ouvrages Forcez le destin (éditions Laffont).

Cette femme d’affaires accomplie recommande d’ailleurs de ne pas créer son entreprise seul(e), bien que la question du risque se pose à peine quand on lance son activité.

Quant à l’échec, il revêt plusieurs visages pour Aude de Thuin : « c’est se mettre à douter profondément de sa capacité à faire, à refaire et parfois même à exister », « c’est une remise en question » aussi. Elle pense également que les femmes ont plus de mal à s’en sortir à cause d’un poids de la culpabilité que les hommes exorcisent plus facilement grâce à leur instinct à aller de l’avant.

L’un des secrets pour y parvenir ? Sans doute la nécessité de cultiver ses passions loin du terreau entrepreneurial et de son quotidien parfois stressant. Pour Aude de Thuin, ce serait sans conteste la lecture. Fascinée par Simone Veil autant que par les aventurières Ella Maillart et Alexandra David Neel, la femme d’affaires le confirme : « en congés, juste parler aux poissons ne me suffit pas ! Ma passion ? Lire, lire, lire. En vraie frustrée de lectures, je pars toujours avec une pleine valise de livres en vacances, ce qui développe parfois de vrais conflits familiaux ! »

Emilie Kremer

À lire aussi : 

L’échec, simple variable culturelle pour Axelle Lemaire

Christine Soto, la com’battante !

PARTAGER (7)
S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER

3 Commentaires
  1. Leurs drones peuvent sauver des vies

    19 septembre 2018 10 h 08 min

    […] Aude de Thuin, la Wonder Woman de l’entrepreneuriat […]

  2. […] Aude de Thuin, la Wonder Woman de l’entrepreneuriat […]

  3. […] Aude de Thuin, la Wonder Woman de l’entrepreneuriat […]

Laisse ton commentaire