Le mental, les doutes, les objectifs… Pour Claudia Dénériaz, championne du monde de slalom, un sportif de haut niveau et un entrepreneur partagent beaucoup de choses. La preuve en images avec l’Autrichienne. En piste !

Alors que la 4e édition des Napoléons bat son plein, sur les hauteurs de Val d’Isère, l’équipe de Widoobiz a dévalé les pistes aux côtés de Claudia Dénériaz, championne de slalom en 1996 et 1997. Pour l’Autrichienne, arrivée 2e  mondiale de sa discipline, c’est une évidence : entre un entrepreneur et un sportif de haut niveau, même combat.

« Tout passe par la tête », nous explique-t-elle depuis son télésiège. Et la jeune femme d’ajouter : « Il faut rester positif et maintenir un bon esprit d’équipe. Mais pour ça, il faut un bon patron. »

Un mental d’acier

Quel que soit l’effort – physique ou psychique – ou quelle que soit l’ambition – sportive ou entrepreneuriale, les doutes peuvent surgir à tout moment. « C’est normal. Ça arrive à tout le monde. Pour surmonter la peur et les obstacles, il ne faut jamais perdre de vue son objectif final », selon la sportive. Convaincue que le mental a un rôle clé à jouer, l’athlète insiste sur l’importance de rester concentré(e) sur soi. « La concurrence, je la respecte. Mais si on regarde trop les autres, on risque de se perdre. » À bon entendeur.

A lire aussi :

Les Napoléons : le Progrès au coeur du sommet d’hiver

« La solitude, ce n’est pas être seul, c’est quand personne ne s’intéresse à vous » selon Michel Desjoyeaux