Avec plus de 100 000 visiteurs, la présence de 9 000 startups, 1 900 investisseurs et 125 nationalités, Vivatech hume les grands enjeux de l’année. Le salon place donc son édition 2019 sous le signe de la Tech for Good, d’une meilleure place de la femme dans la Tech et d’une plus grande unification de l’Europe dans le jeu mondial du recrutement des talents.

De la blockchain à l’ordinateur quantique, de l’IA à l’environnement, en passant par la mobilité, le crispr, l’unscalling et les data, Vivatech dévoile ce qui, à ses yeux, constitue les enjeux majeurs de 2019. Pour les mettre à l’honneur, le salon affiche une nouvelle configuration. Pour sa 4e édition, il doit même pousser les murs.

Jusqu’en 2018, Vivatech occupait le hall 1 de la Porte de Versailles. Du 16 au 18 mai prochains, l’événement parisien investit aussi le hall 2 et installe sa scène principale dans le Dôme de Paris. Soit 56 000 m2 dédiés à l’innovation. Et l’ambition 2019 est grande. Il s’agit de répondre aux enjeux mondiaux de la technologie et faire de l’Europe un hub incontournable. Il faut s’imposer comme « la 3e voie entre les modèles américain et chinois », estime Julie Ranty, la co-directrice de la manifestation.

La Tech for Good a tout bon

Parmi les enjeux phares de la Tech et donc de l’édition 2019 de Vivatech, on retrouve la Tech for Good, c’est-à-dire la capacité des entrepreneurs à mettre la puissance de la technologie au service du bien commun et miser, avec l’innovation, sur l’impact social.

Cette année est donc placée sous le signe de la quête de sens et de la responsabilité entrepreneuriale avec un ensemble de conférences dédiées, mais aussi la volonté du salon de devenir un exemple en termes d’empreinte carbone. Vivatech célèbre également le Business for Impact avec la remise d’un nouveau prix : le Famae Challenge avec une dotation de 2 millions d’euros.

Cet enjeu, qui s’annonce capital à une dizaine de jours des élections européennes, s’invite même dans les plus hautes sphères de l’État, puisque la veille de l’ouverture du salon (le 15 mai), c’est l’Élysée qui inaugure son Tech for Good Summit.

Sur le salon, les débats affichent un visage politique avec la présence de nombreuses personnalités. Parmi elles, Carlos Moedas, commissaire européen à la Recherche, l’innovation et la science, ou Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, et à la Fiscalité. L’occasion sans doute d’aborder ce qui est en phase de devenir une spécificité européenne : la protection des données et le respect de la vie privée.

Vers un Girl Power in Tech

Autre objectif 2019 : donner plus de place aux femmes dans la Tech. Car les chiffres sont encore à mille lieux de la parité. Seulement 5 % des fonds levés le sont par des femmes. On ne compte que 9 % de femmes à la tête de startups et 28 % dans les équipes digitales.

Pour tenter d’acélérer le processus de féminisation de l’écosystème, Vivatech les invite à networker sur des espaces dédiés. Elles peuvent aussi trouver des financements et de nouveaux relais médiatiques, notamment via la création du EU prize for women innovator. Enfin, le salon vise la parité parmi ses conférenciers. Un mouvement déjà initié, puisque les femmes représentent environ 40 % des speakers de la manifestation.

Le casse-tête du recrutement des talents

Savoir dénicher les talents et les fidéliser. Voilà encore un sujet de préoccupation clé de 2019. En effet, 60 % des startups affirment que leur principal défi est celui du recrutement des talents. Vivatech affirme que 62 % de ses visiteurs sont d’ailleurs motivés par la recherche de ces fameux talents.

Le cofondateur de Blablacar, Frédéric Mazzella, précise qu’il est capital de « prendre le temps de bien trouver les bonnes personnes et accepter d’y consacrer beaucoup de son temps. (…) C’est d’ailleurs une grosse bande passante pour un CEO. » C’est pourquoi, Vivatech veut se faire le lien entre recruteurs et recrutés en insistant cette année sur deux populations (focus inclusion et focus développeurs).

« Passer d’une startup nation à un continent de scale-up »

Frédéric Mazzella en fait l’expérience quotidiennement avec Blablacar : « L’Europe est en retard au niveau des talents. Mais, on se soigne. Dans cette optique, Vivatech est un bon remède. Car il s’agit d’être attractif pour les talents internationaux. » Un très bon point tout de même, l’entrepreneur souligne la multiplication des formations de qualité et des incubateurs. Mais les investissements sur le continent sont encore bien moins élevés que ceux des géants de l’économie mondiale. Ainsi, il y a quatre fois moins de fonds levés en Europe qu’aux États-Unis et en Chine.

Et il faut encore se retrousser les manches, puisque, sur les 265 licornes recensées dans le monde, seules 11 % sont européennes. Blablacar, qui en fait partie, ajoute que « la création d’une boîte aux États-Unis, c’est courir un 100 mètres ; en Europe, c’est un 110 mètres haies. On parle de marché unique, mais, dans les faits, on n’y est pas. »

TVA, monnaies, impositions, … sont autant de réglementations qui diffèrent d’une nation européenne à une autre. Frédéric Mazzella donne l’exemple des stock-options. « 100 % de nos salariés en possèdent. Or, fiscalement, les stock-options sont traitées différemment selon les pays. D’où l’importance de l’unification, notamment pour avoir une bonne lisibilité à l’international auprès des talents. »

Vivatech qui va notamment lancer le Next European Unicorn Award et une consultation citoyenne sur Make.org, milite pour une « United Tech of Europe ». Avec un marché de plus de 300 millions de personnes, l’enjeu de l’attractivité est crucial. Il s’agit, pour Julie Ranty, de « passer d’une startup nation à un continent de scale-up ».

Widoobiz est aussi de la partie !

Widoobiz sera bien sûr de la partie. Média partenaire de Vivatech, nous y dévoilerons notre Garage et toute une série d’émissions réalisées en direct sur le salon. Au programme, des dizaines et des dizaines d’entrepreneurs et de personnalités de la Tech.

Place à l’inspiration et aux rencontres pendant ces trois jours dédiés à l’innovation. Vous saurez tout sur les coulisses et les temps forts de Vivatech avec le Garage by Widoobiz… Rendez-vous donc du 16 au 18 mai 2019 !

 

À lire aussi :

Les incubateurs sont-il voués à disparaître ?

Culture d’entreprise : nos livres du mois #1