IA : la startup Mindsay à la conquête de l’Amérique

IA : la startup Mindsay à la conquête de l’Amérique

Avec 10 millions de dollars levés auprès d’un fonds d’investissement nord-américain, la startup Mindsay voit grand. Objectif : séduire les État-Unis avec sa solution d’intelligence artificielle dédiée à la relation client.

C’est l’histoire d’une startup française, qui a décidé de partir à la conquête de l’Ouest. Mindsay, entreprise spécialisée dans l’IA conversationnelle, vient de lever 10 millions de dollars auprès, notamment, du fonds d’investissement nord-américain White Star Capital. Un coup de maître pour la société qui a connu plus de 300 % de croissance en 2018 et qui veut recruter 100 personnes d’ici les 18 prochains mois.

Guillaume Laporte, le CEO de Mindsay

« Notre mission est d’apporter, grâce à des outils de marketing conversationnel auto-apprenants (agent virtuels), la meilleure réponse immédiate aux questions les plus courantes des clients en ligne, précise Guillaume Laporte, le CEO de Mindsay. Cela permet d’améliorer l’engagement et la satisfaction des clients et de réduire les volumes pour les équipes de service client de 80%. Les équipes du service client se concentrent ainsi sur les demandes complexes, ce qui donne plus de sens à leur métier », poursuit le patron.

Des clients prestigieux

Créée en 2016, Mindsay développe des outils SaaS basés sur l’intelligence artificielle conversationnelle. En clair, l’entreprise développe des chatbots et des voicebots pour les sites web, les applications ou les interfaces de messagerie (Facebook, WhatsApp, WeChat, Alexa, Google Assistant…) des grands groupes.

La startup a déjà à son tableau de chasse des entreprises, telles qu’Iberia, Vueling, Vinci Airports à Lyon, la RATP, la SNCF, Keolis ou encore Thalys… En un peu plus de deux ans d’existence, Mindsay compte près de 12 millions de messages automatisés auprès de 20 clients grands comptes dans 5 pays du monde.

Prochain objectif pour l’entreprise avec ses 10 millions en poche : déployer sa solution au-delà de l’Atlantique, en Amérique du Nord. Et ce n’est pas la première levée de fonds pour la boîte. En 2017, cette dernière avait déjà levé 1,2 million de dollars auprès de Partech. Un partenaire qui n’a visiblement pas été déçu de son investissement puisqu’il fait partie, aujourd’hui encore, du tour de table aux côtés de White Star Capital.

0 commentaires

Laisser un commentaire