Recruter des robots, le pari fou d’une startup parisienne

Recruter des robots, le pari fou d’une startup parisienne

La startup MIP Robotics, spécialisée dans les solutions de robotiques industrielles, vient de lancer l’Agence Cobot, le premier espace de recrutement… de robots.  

Recruter des robots, tel est le credo de l’Agence Cobot. Créée par la startup parisienne MIP Robotics, l’Agence Cobot s’est donnée pour mission d’accompagner les entreprises dans leur transition numérique, en les délestant des tâches dites « pénibles ». Concrètement, cela revient à trouver des outils capables de prendre en charge les tâches fastidieuses et chronophages, afin de délester les collaborateurs. L’humain peut alors se concentrer sur une mission avec une réelle valeur ajoutée. En résulte, selon MIP Robotics, pléthores d’avantages puisque le gain de temps entraînerait une augmentation de la productivité, une amélioration de la motivation des salariés et donc une diminution de l’absentéisme et du turn-over. Entre autres.

Une technologie pour petits et grands

Sur le papier, le pari de MIP Robotics a de quoi faire rêver les grandes entreprises. D’ailleurs, la startup peut se targuer d’avoir séduit quelques grands comptes, à l’instar de Toshiba, Airbus ou Thales. Pour autant, les plus petites structures pourraient se sentir lésées. Dans l’inconscient collectif, « la technologie et l’innovation sont réservées aux grandes structures, explique le fondateur de MIP Robotics Gonzague Gridel. Mais c’est faux ! La robotique industrielle s’est largement démocratisée avec l’émergence des cobots (‘collaborative robot)’ ». Et le CEO de poursuivre : « Faciles à installer et à programmer, ils peuvent travailler dans le même espace que le collaborateur et le retour sur investissement est très rapide. »

C’est d’ailleurs l’un des enjeux de MIP Robotics : évaluer les besoins des entreprises au cas par cas et les équiper de solutions adaptées, quels que soient leurs besoins, leurs tailles et leurs objectifs.

Cobot, la solution 100% machine

L’autre défi majeur de cette startup qui démocratise la robotique, c’est de lever la défiance à l’égard de la machine. Dans un monde où le cabinet de recrutement mute de la sorte, il est légitime de se demander si, demain, le cobot ne remplacera pas l’humain. Mais le fabricant français de robots industriels est formel, le « collaborative robot » n’est rien de plus qu’un allié pour les salariés. À bon entendeur.

 

 

0 commentaires

Laisser un commentaire