Business Women : la tech for good est-elle l’affaire de tous ?

Business Women : la tech for good est-elle l’affaire de tous ?

La technologie au service du bien commun. C’est le créneau de deux success entrepreneuses, Elsa Hermal, cofondatrice d’Epicery, et Eva Sadoun, cofondatrice de Lita.co. Pour Widoobiz, les deux invitées de Business Women décryptent ce que signifie se préoccuper de l’impact de leurs entreprises.

Epicery est un service de livraison de produits frais provenant de commerçants et artisans de quartier. « Nous venons aussi de lancer un service pour faire de bonnes affaires sur des marques de qualité, avec des ventes éphémères allant jusqu’à – 50 % « , confie Elsa Hermal.

Quant à Lita.co, elle permet de placer son argent auprès d’entreprises vertueuses. « Nous essayons d’aller encore plus loin et de proposer aux particuliers l’ensemble de la gamme des produits d’épargne, toujours dans une logique solidaire« , relate Eva Sadoun. Vous avez dit solidaire ?

 

Une utilité fédératrice et payante

Pour ces expertes de la tech for good, il ne s’agit pas seulement d’utiliser les technologies pour résoudre des problématiques sociales ou environnementales. Les politiques de recrutement des entreprises ou la manière dont les richesses sont réparties sont également des pièces maîtresses. Et même : « c’est ce qui rend un projet durable« , selon Eva Sadoun. Car ces valeurs fédèrent à la fois les salariés et les utilisateurs/consommateurs.

Néanmoins, l’intégrité est-elle compatible avec la rentabilité ? « On ne peut pas construire quelque chose de durable sans résilience économique, rétorque Elsa Hermal, or les valeurs fortes attirent investisseurs, clients et partenaires ». Avoir un impact est une vraie valeur ajoutée, semblent dire nos invitées au diapason.

0 commentaires

Laisser un commentaire