Business Women : Femmes dans la Tech. On dénonce. Et après ?

Business Women : Femmes dans la Tech. On dénonce. Et après ?

Alors que les inégalités entre hommes et femmes se creusent de plus en plus dans le secteur de la Tech, il y a urgence à agir. Mais par quoi faut-il commencer pour enfin faire évoluer les mentalités et tendre vers un semblant de parité ? La réponse avec nos invitées, Delphine Remy-Boutang et Diana Brondel.

Delphine Remy-Boutang, la fondatrice de The Bureau et initiatrice de la Journée de la Femme Digitale, rappelle, sur le plateau de Business Women, l’ampleur du manque de parité dans la Tech. « Selon les chiffres du Syntech numérique, il y a aujourd’hui 28 % de femmes dans la Tech, et 10 % de femmes à la tête de startup Tech. Par ailleurs, les femmes auront réussi à lever 2 % des fonds disponibles à l’échelle mondiale. Donc 98 % des autres fonds vont aux hommes. »

« Ce secteur, qui est secteur du futur, est en train de s’écrire dans l’inégalité la plus totale.  Les chiffres aujourd’hui sont catastrophiques. Donc il y a urgence », s’alarme-t-elle.

Désireuse d’éveiller les consciences, elle explique quels sont, selon elle, les leviers d’amélioration. « L’accès aux financements, qui est le dernier plafond de verre », la confiance, « il faut que les femmes aient confiance en elles. Plus on aura de rôles modèles de réussite, plus d’autres femmes se diront : ‘c’est possible’ ». Et enfin, la formation bien sûr.

Diana Brondel, la fondatrice de Xaalys insiste à son tour sur ce dernier point. « Il faut traiter le problème à la source. Et c’est quoi la source ? Le déterminisme. Les bancs de l’école. C’est dès le collège, dès le lycée. On oriente plus facilement les femmes vers des filières littéraires que des filières d’ingénieurs. » Et l’entrepreneure de conclure : « Il faut se donner les moyens d’aller au bout de ses rêves. Ce ne sont pas les autres qui vont les vivre pour nous. »

À lire également, sur le même sujet :

FDDay 2019 : on parle inégalité des sexes face aux investisseurs avec Tatiana Jama et Virginie Lazès

0 commentaires

Laisser un commentaire