Gaspillage alimentaire : une startup à l’assaut des « no-shows »

Gaspillage alimentaire : une startup à l’assaut des « no-shows »

@jonathanpielmayer

Deux jours après la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, zoom sur Guestonline, la startup qui œuvre pour une réservation responsable.

Le 16 octobre, c’était la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Avec sa mise en place, décrétée en 2013, le gouvernement entend réduire de moitié le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire, et ce, à l’horizon 2025.

Parmi les acteurs visés, il y a bien sûr le secteur de la restauration. Avec près de 14 % de denrées alimentaires jetées, chaque jour, il est en première ligne. L’instauration progressive de « doggy bags » et de menus avec moins de choix permettent de baisser la quantité de déchets. Pourtant, cela ne suffit pas à diminuer nettement le gaspillage alimentaire. Alors pourquoi et comment agir durablement ?

À l’assaut des « no-shows »

Antoine Girard, cofondateur et CEO de Guestonline, en est persuadé : les « no shows », ces clients qui réservent mais qui ne daignent pas venir, sont l’une des causes importantes et méconnue de ce fléau.

« Imaginez que vous invitez à dîner des amis chez vous samedi prochain. Sauf que vous ne savez pas s’ils seront 3 ou 10, ni même s’ils préféreront manger du poisson, de la viande, ou végétarien. Et pour couronner le tout, certains (qui avaient pourtant confirmé) vous plantent sans même prévenir ! Et bien je mets au défi le meilleur des écolos de ne rien gaspiller… Parce que c’est ça le vrai quotidien des restaurateurs ! N’allez pas dans ces conditions les blâmer de faire du gaspillage alimentaire ! », s’agace Antoine Girard.

C’est fort de ce constat qu’est né Guestonline. Cette plateforme, qui prend le contre-pied des centrales de réservation, s’adresse aux restaurateurs. L’idée ? Intégrer un module de réservation qui permet aux adhérents de faire une empreinte bancaire de leur client. Certains envisageraient même de proposer la commande des plats au moment de ladite réservation.

« Réserver pour un nombre précis de personnes et s’y tenir (donc ne plus poser de lapins !), choisir à l’avance ses plats et leurs tailles, c’est aujourd’hui la véritable solution de bon sens pour permettre à tous les restaurateurs de prévoir les bons stocks et de réduire sérieusement le gaspillage alimentaire en amont », défend Antoine Girard, qui milite depuis plus de dix ans pour une restauration plus responsable.

Vers une réservation responsable

Le module de réservation propose d’ailleurs au restaurateur de reverser une partie de ses réservations en ligne à l’association Réservation Responsable, qui finance des projets via l’aide alimentaire. Sébastien Bras (Maison Bras), André Terrail (Tour d’Argent) Bolivier Roellinger (Maison Bricourt), Vincent Leroux (Paul Bocuse)… Tous ces chefs étoilés ont décidé de s’engager auprès du mouvement. Reste à convaincre l’ensemble des parties prenantes, aussi bien restaurateurs que consommateurs, qu’un repas peut être aussi gourmand et convivial que responsable et constructif.

0 commentaires

Laisser un commentaire