Le coronavirus fait exploser la télémédecine en France

Le coronavirus fait exploser la télémédecine en France

Avec un bond de 40 % en quelques semaines, la télémédecine est en train de battre des records en France. À tel point que le gouvernement s’est emparé du sujet.

Vols annulés, concerts et salons reportés, télétravail avantagé… le coronavirus n’en finit plus d’impacter nos vies. Et le domaine de la santé n’est pas épargné. Depuis fin janvier 2020 et l’arrivée du Covid-19 en France, le nombre de rendez-vous pris en consultation vidéo a explosé. Les plateformes Doctolib et Docavenue, qui proposent toutes les deux ce service, avancent le même chiffre : +40 % ces dernières semaines. Rien de plus logique, puisque la télémédecine permet de soigner les patients à distance, et donc de ralentir la propagation du coronavirus.

« On ne se réjouit pas de l’arrivée de ce virus, mais c’est vrai que depuis le début de l’épidémie, la télémédecine devient une vraie alternative, confie Arnault Billy, Directeur Général de la plateforme de téléconsultation Docavenue. La téléconsultation permet de recréer du lien dans les zones où il y a peu de praticiens, elle est donc essentielle dans notre société », poursuit-il.

Une réglementation assouplie

Face à l’installation de l’épidémie, les acteurs du secteur prennent des mesures pour répondre au nombre croissant de demandes de téléconsultation. « Nous avons décidé de prendre nos responsabilités et de mettre à disposition la consultation vidéo gratuitement pour tous les médecins de France », annonce Stanislas Niox-Château, cofondateur et président de Doctolib, qui offre cette option à 79 euros/mois à tous les médecins qui le souhaitent.

Le gouvernement aussi a décidé d’agir. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé dimanche 8 mars la future signature d’un décret assouplissant les conditions de l’exercice de la télémédecine. Fini l’obligation de passer par un médecin traitant, et fini l’obligation d’avoir eu une consultation physique avec lui dans les douze derniers mois. Les patients pourront trouver un médecin qui fait de la téléconsultation dans leur département via une liste disponible sur le site de l’assurance-maladie.

Remboursée par la Sécurité sociale depuis fin 2018, la consultation vidéo avait connu jusqu’ici des débuts plutôt timides. Sur le site Doctolib par exemple, seulement 3 500 médecins avaient souscrit à cette option sur un total de 115 000 praticiens, soit à peine plus de 3 %.

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire