« Ce n’est pas ça qui va me faire arrêter mon métier. » Marion, préparatrice en pharmacie #Podcast

« Ce n’est pas ça qui va me faire arrêter mon métier. » Marion, préparatrice en pharmacie #Podcast

Il y a l’angoisse, le stress, la peur… et la détermination. Préparatrice en pharmacie, Marion ne fait plus une nuit tranquille depuis le début de l’épidémie. Pourtant, rien ne l’empêchera de continuer à faire son métier. Pour ce troisième épisode de notre podcast Quarantaine, découvrez le témoignage sensible et poignant de Marion.

Cela fait dix ans qu’elle fait ce métier, pourtant, c’est la première fois qu’elle en perd le sommeil. Marion est préparatrice en pharmacie, à Igny dans l’Essonne. Et depuis le début de l’épidémie de Covid-19 en France, son métier n’est plus le même. « Je suis angoissée d’aller sur mon lieu de travail. La semaine dernière ça s’est un peu calmé mais les premiers jours c’était le feu. Les gens venaient beaucoup pour renouveler leurs ordonnances, ils avaient peur de manquer de médicaments. Les gens sont stressés, angoissés… et du coup ils deviennent agressifs avec nous », déplore la jeune femme.

L’angoisse, le stress… les patients ne sont pas les seuls à les ressentir. « Il y a un vent de panique qui monte, on est tous perdus, moi la première », avoue Marion. Et difficile de relâcher la pression une fois à la maison. « Mon conjoint est policier, il est aussi sur le terrain. Que ce soit lui ou moi, on a peur d’attraper ce virus », raconte la préparatrice en pharmacie. Mais malgré cette peur constante, une chose reste inamovible : son amour pour son travail. « Ce n’est pas ça qui va me faire arrêter mon métier. Je veux aider les patients, ce métier, je l’aime toujours » confie la jeune femme, qui n’attend qu’une chose : que cette épidémie se tasse pour enfin retrouver son quotidien.

Retrouvez le témoignage intégral de Marion sur notre podcast Quarantaine :

 

Et sur toutes les plateformes de podcast :

.

.

.

 

 

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire