« Nous n’avons plus de trésorerie depuis le début du confinement, plus de chiffre d’affaires ; je vais devoir mettre la clé sous la porte »

« Nous n’avons plus de trésorerie depuis le début du confinement, plus de chiffre d’affaires ; je vais devoir mettre la clé sous la porte »

Mobilisée depuis le début de l’épidémie de coronavirus, la CCI Paris Ile-de-France vient de réaliser une enquête auprès de 2 000 entreprises franciliennes pour mesurer l’impact de la crise sanitaire sur leur activité. Les résultats de cette enquête sont éloquents et mettent en avant des situations critiques.

 

Les principaux enseignements de l’étude :

  • Les chefs d’entreprise estiment ainsi que leur activité est fortement orientée à la baisse à cause de la crise du Covid-19. 80% d’entre eux déplorent une baisse de chiffre d‘affaires, 35% des difficultés de trésorerie et 27% des ruptures d’approvisionnement. « Nous n’avons plus de trésorerie depuis le début du confinement, plus de chiffre d’affaires ; je vais devoir mettre la clé sous la porte » indique un chef d’entreprise.
  • 24% des chefs d’entreprise ont dû faire face à des baisses d’effectif, soit pour motif de garde d’enfants de moins de 16 ans et/ou de personnes fragiles (55% d’entre eux), soit pour motif de maladie (25%), soit parce que les salariés invoquent leur droit de retrait (20%).
  • Quant aux principales mesures mises en place par les entreprises pour freiner la progression de l’épidémie, 71% ont eu recours à l’activité partielle, 50% au report des échéances sociales et 35% au report des échéances fiscales.
  • Une entreprise sur deux a au moins un salarié en télétravail, et plus de 20% ont placé l’ensemble de leurs salariés en télétravail. 56% des entreprises rencontrent des difficultés pour mettre en place le chômage partiel dans leurs structures.

Face à ce bilan, la CCI Paris Ile-de-France réaffirme sa mobilisation. « Nous sommes en première ligne pour répondre aux questions. Notre plateforme a reçu plus de 6244 sollicitations d’entreprises à ce jour » souligne Didier Kling, président de la CCI Paris Ile-de-France.

Enfin, dans la continuité de son action en faveur des commerçants qui sont particulièrement impactés par cette crise, la CCIR a lancé début avril « J’aime mes commerces à domicile », un outil de référencement et d’information sur les commerçants en capacité de livrer et d’assurer la vente à emporter dans chaque commune. « Environ 30 900 commerces alimentaires ont le droit de continuer leur activité, soit 184 000 emplois, d’où l’importance d’être à leur côté avec l’opération J’aime Mes commerces à domicile » conclut Didier Kling.

Enquête du CROCIS réalisée par mail le 30 mars auprès de 2 000 entreprises du territoire francilien

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire