Les masques, cette véritable catastrophe écologique

Les masques, cette véritable catastrophe écologique

Publié le 25 juin 2020

Obligatoire dans les transports, parfois au bureau et dans les magasins, le masque qui met plus de 400 ans à se dégrader, est devenu un fléau pour notre planète.

L’épidémie de Coronavirus est un désastre sanitaire, mais aussi écologique. Depuis le mois de mars 2020, le port de masques chirurgicaux s’est démocratisé. Résultat, on en retrouve partout : sur les trottoirs en ville, mais aussi dans la nature. Fin mai, l’association Opération Mer Propre en avait même trouvé au fond de la Méditerranée.

Une amende de 135 euros

Une catastrophe écologique puisque les masques chirurgicaux mettent en moyenne 400 à 450 ans à se dégrader et ne se recyclent pas. Pour lutter contre ce fléau, le gouvernement a décidé d’augmenter l’amende qui punit le jet de déchets sur la voie publique. De 68 euros, elle est passée à 135 euros. De quoi décourager les jets intempestifs de masques, mais aussi de mégots dans nos rues.

 

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire