Mort de Lady Di : 23 ans après, rien n’a changé

Mort de Lady Di : 23 ans après, rien n’a changé

Le 31 août 1997, Lady Di décédait dans un accident de voiture après une course poursuite avec des paparazzis. 23 ans après sa mort tragique, les smartphones ont pris le pouvoir et les réseaux sociaux ont accéléré la pression médiatique. L’histoire ne demande qu’à se répéter.

Lundi 31 août 2020. Fin de l’été, veille de rentrée, début des mesures drastiques anti-Covid dans les entreprises… mais surtout jour anniversaire de la mort de Lady Di. C’est toujours quand l’actualité est ultra-chargée par des événements de première importance que l’envie de se pencher sur un fait beaucoup moins crucial nous titille.

La preuve, avec les articles qui fourmillent sur le web ce lundi 31 août 2020, 23 ans après ce tragique accident. « Mort de Lady Diana : cette troublante note qui prédisait son accident », « Mort de Lady Diana : pourquoi Dodi Al-Fayed tenait absolument à aller à Paris ? ». Ce drame draine toujours autant de passion et de curiosité.

23 ans plus tard, rien n’a changé

Le dimanche 31 août aux alentours de minuit et demi, la voiture dans laquelle circule Lady Diana percute un pilier dans le tunnel passant sous le pont de l’Alma, à Paris. Dans le véhicule, se trouvent Dodi Al-Fayed, son compagnon, et un chauffeur Henri Paul, qui mourront sur le coup. Le garde du corps de Dodi Al-Fayed est aussi passager. Grièvement blessé, il survivra à l’accident. La princesse Diana, elle, est encore vivante lorsqu’elle est désincarcérée de la Mercedes. Elle mourra quelques heures plus tard, à l’hôpital de la Pitié-Sapêtrière.

Selon les enquêteurs qui se sont penchés sur ce drame, la berline roulait à plus de 100 km/h quand elle a percuté le pilier sur la voie Georges Pompidou. La raison de cette vitesse excessive ? Le couple était poursuivi par des paparazzis. Depuis leur arrivée à Paris dans l’après-midi du 30 août, il avait été pourchassé, photographié, suivi, harcelé. Alors est-ce que ce drame nous a appris une leçon ? La réponse est bien évidemment non.

Meghan et Harry : conjurer le sort

Des décennies plus tard, la guerre contre les paparazzis, le harcèlement et la pression médiatique est toujours bien présente pour les membres de la Famille Royale. S’est même rajoutée la gestion délicate des réseaux sociaux, qui donne un lieu de diffusion, discussion et pression idéale. Dans ce contexte, la décision du couple Harry et Meghan de s’éloigner de leurs fonctions officielles en devenant indépendants financièrement et en déménageant en Amérique du Nord n’est pas surprenante, après des mois de harcèlement de la presse britannique.

Les passions, parfois morbides, qui entouraient la vie de Diana ont sauté une génération et ont retrouvé une cible en la personne de Meghan Markle. D’ailleurs, en tapant son nom dans une barre de moteur de recherche aujourd’hui, on retrouve les mêmes titres de presse et les mêmes informations stratégiques. « Meghan Markle, comment elle a changé de look en quittant la famille royale », « Meghan Markle, leur éventuel retour au sein de la famille royale »

Bien conscients que l’histoire ne demande qu’à se répéter, Meghan et Harry sont restés très discrets depuis leur installation Outre-Atlantique. Mais l’inauguration d’une statue de Diana, prévue pour l’été 2021, devrait les pousser à retourner au Royaume-Uni. Une manière pour eux de confronter la meute, et conjurer le sort.

 

 

 

Newsletter Widoobiz

Toute l'actualité business dans votre boîte mail.

0 commentaires

Laisser un commentaire