Confinement : tous en quête de raclette

Confinement : tous en quête de raclette

raclette

Ce second confinement a déclenché un phénomène inattendu : celui de l’envolée des ventes des appareils à raclette. Une augmentation qui compense péniblement la perspective de la fermeture des stations de ski pour les fromagers.

Dans un monde ébranlé par une épidémie mondiale, menacé par une crise économique et où les libertés individuelles ont été réduites à peau de chagrin. Les Français ont trouvé un phare dans la tempête. Ceux qui supposent que ce radeau de sauvetage prend les traits de la lecture, de la solidarité, du sport ou de la famille se trompent sur toute la ligne. Non, il s’agit bien de la raclette.

Depuis le lancement du deuxième confinement, les ventes d’appareil à raclette ont bondi. C’est le très sérieux Figaro qui a mené son enquête sur la question. Selon le site d’information, les ventes de Fnac-Darty ont augmenté de 300 % dans la catégorie « appareils à raclette, à fondue et robot de cuisine ». Même son de cloche du côté de chez Boulanger. Qui signale un boom de 100 à 200 % des ventes au mois de novembre.

Un boom de 300%

Cette gourmande réaction des Français n’est pas si surprenante quand on la remet dans le contexte du confinement. Contrairement au premier, qui avait lieu à l’aube du printemps, ce second épisode d’assignement à résidence se déroule à la fin de l’automne, période qui sonne toujours le début de la fameuse « saison de la raclette ». Ce deuxième confinement est aussi pris avec moins d’entrain (fini les applaudissements à 20 heures), et avec un fort besoin de réconfort.

Alors bonne nouvelle pour les fromagers ? Pas temps que ça. Car si les ventes d’appareil à raclette ont explosé, celles de fromage restent similaires à la normale selon l’Association des Fromages traditionnels des Alpes savoyardes (AFTAlp) qui se confie au Figaro. L’augmentation des ventes est absorbée par le manque à gagner due à la baisse du passage. Au contraire, l’inquiétude est même présente pour les fromagers. Qui font une grosse partie de leurs ventes auprès des stations de ski, dont la fermeture pourrait leurs être fatal.

0 commentaires

Laisser un commentaire